top of page
  • Photo du r√©dacteurcamillefitoussi

ūüĆŹ Travers√©e des Horizons - Pauline Laravoire

Dernière mise à jour : il y a 4 jours



ūüĎČ Cliquez ici pour √©couter le premier √©pisode directement sur votre plateforme Spotify, Apple etc.



Bienvenue dans l'aventure captivante de Pauline Laravoire, v√©ritable pionni√®re de l'innovation sociale et de l'impact environnemental. Pauline a trac√© un chemin unique, fa√ßonnant son parcours vers la cr√©ation de projets √† fort impact. De l'√©ducation en Inde √† son r√īle actuel en tant qu'Executive Director au Master in Sustainability and Social Innovation √† HEC Paris.


Gr√Ęce au LearningPlanet Alliance, nous nous sommes rapidement retrouv√©es autour d'int√©r√™ts communs tels que l'√©ducation, la jeunesse entrepreneuriale, et notamment en Inde.


Ce voyage sera partagé dans une série de trois épisodes de podcast.

Dans ce premier épisode, plongez dans les moments clés de l'évolution de Pauline, découvrez les défis surmontés et les leçons apprises !


Restez connect√©s pour les deux √©pisodes suivants, o√Ļ nous explorerons l'engagement de Pauline envers les objectifs de d√©veloppement durable, son impact dans le domaine de l'√©ducation, et son rapport √† la qu√™te de sens.

Nous avons fait référence à :

Ressources recommandées par Pauline :

Pour aller plus loin :

ūüĎČ Retrouvez le post LinkedIn de l'√©pisode pour partager en commenta ire, vos r√©flexions et inspirations apr√®s l'√©coute, interagir avec nous et entre vous (lien √† venir).

ūüĎČ Et la transcription √©crite de l'√©pisode.

Je vous souhaite une immersion enrichissante ! ūüéôūüĆć

Ces écoutes susciteront certainement des réflexions et des questionnements. Nous serons ravies d'échanger avec vous concernant vos propres challenges.

Alors √† bient√īt ūüĎč

***

ūüíĚ Pour m‚Äôaider √† continuer de faire vivre ce Podcast j‚Äôai besoin de vous ! Si vous aimez cet √©pisode, merci de le partager, d'√©crire un commentaire sur Apple Podcast et de le noter sur Spotify. C'est ce qui compte pour les algorithmes et me donne la joie d‚Äôavancer.

√Ä bient√īt !

Retrouvons-nous sur :

Instagram : @camillefitoussi.coaching

LinkedIn : Camille Fitoussi

www.coperspectives.com



ūüĎČ Cliquez ici pour √©couter le premier √©pisode directement sur votre plateforme Spotify, Apple etc.



#InnovationSociale #ImpactEnvironnemental #PodcastJourney #Leadership #QuêteDeSens


 

√Čpisode 1 : "Travers√©e des Horizons" D√©couvrez les origines et les moments cl√©s du parcours exceptionnel de Pauline Laravoire, des bancs d'HEC Paris √† l'innovation sociale et environnementale. √Čpisode 2 : "Engagement Vertueux" Explorez avec nous le r√īle crucial de Pauline dans la promotion des Objectifs de D√©veloppement Durable et son impact positif sur le monde. √Čpisode 3 : "√Čducation √Čclair√©e et Qu√™te de Sens" Plongez dans la vision √©ducative de Pauline, sa qu√™te profonde de sens, et d√©couvrez comment elle inspire une g√©n√©ration √† fa√ßonner un avenir plus durable.


ūüĎČ Cliquez ici pour √©couter l'√©pisode directement sur votre plateforme Spotify, Apple etc.


 

Voici une transcription de l'épisode en co-création avec une IA bêta, encore bien perfectible.


√Čpisode 1 : "Travers√©e des Horizons"¬†D√©couvrez les origines et les moments cl√©s du parcours exceptionnel de Pauline Laravoire, des bancs d'HEC Paris √† l'innovation sociale et environnementale.


U1

0:01

Un voyage dans le mouvement de la vie, une exp√©rience de rencontre avec soi, les autres et le monde. Je suis Camille Fitoussi, exploratrice de nos complexit√©s d'humains et de nos syst√®mes. Coach professionnelle certifi√©e et fondatrice du cabinet COS Perspectives avec Moving Mead, partons ensemble √† la rencontre d'experts de l'accompagnement humain et d'entrepreneurs qui cr√©ent notre monde de demain. Au gr√© du chemin, je vais aussi vous confier mes histoires de coaching, prise de conscience et r√©flexion. J'ai √† cŇďur de vous accompagner √† concr√©tiser vos r√™ves. Alors Moving my et laissez vous surprendre!

U2

0:43

Plongeons ensemble dans un voyage captivant √† travers les pens√©es et les actions de Pauline Lara, voire Pauline qui est une pionni√®re de l'innovation sociale et de l'impact environnemental. Vous allez d√©couvrir son parcours des bandes √† chauss√©es Paris la cr√©ation de projets impactants, notamment dans l'√©ducation en Inde et puis, depuis quelques mois, executive Director au Master Instabilit√© sociale Innovation √† Paris. 1s Vous allez d√©couvrir comment sa qu√™te de sens a fa√ßonn√© sa carri√®re de fa√ßon unique et inspirante. En tout cas pour moi. Avec Pauline, on s'est rencontr√©s gr√Ęce au Learning Planet Institute dont mon entreprise est partenaire et on a √©t√© mises en relation toutes les deux pour le plaisir de la rencontre d√©j√†, notamment autour d'int√©r√™ts communs comme l'√©ducation, la jeunesse entrepreneuriale et ceci notamment en Inde. J'ai pu aussi, gr√Ęce √† Pauline, √™tre mise en relation avec Vivek Boundary que vous allez retrouver, que j'ai pu interviewer dans un autre √©pisode de ce podcast Moving Meet. Donc c'est bien la preuve que si on se donne les moyens d'aller vers l'autre, le monde est tout petit et je suis contente avec ce podcast de pouvoir vivre des merveilleuses occasions de rencontres inspirantes et de vous en faire profiter parce que c'est bien l√† mon objectif. Donc j'ai d√©coup√© l'interview en trois √©pisodes de podcast. Dans ce premier √©pisode, vous allez pouvoir voyager √† travers le parcours exceptionnel de Pauline. Et puis on va explorer ensemble les moments marquants de son √©volution professionnelle. Dans le deuxi√®me √©pisode, on va se concentrer sur l'engagement dans les objectifs de d√©veloppement durable. Et puis dans le dernier √©pisode, on se concentrera sur l'√©ducation et la qu√™te de sens. Voil√†, je vous souhaite une tr√®s bonne √©coute.

U1

2:46

Bon bah on est partis dès que tu es prête, Je suis prête je crois. Ok, 1s super Pauline. Alors? 1s Qu'est ce qu'une carrière si elle n'a pas de sens et d'impact? C'est la première phrase de ta description sur LinkedIn. 1s Et j'aime beaucoup cette cette phrase. On va pouvoir y revenir. Je suis ravie de t'avoir aujourd'hui. Je pense qu'on a plein de thèmes d'intérêt aussi commun. 2s Tu décris comme une passionnée des communautés d'apprentissage en lien avec l'environnement durable. Impact sociétal. Je sais pas comment on pourrait traduire ça, donc on va parler de ça aussi, de l'éducation peut être de l'Inde aussi. Avec plaisir,

U2

3:29

de l'entrepreneuriat. J'ai l'impression que tu as 1000 vies aussi, que tu fais plein de choses en même temps. Tu vas nous expliquer ce que tu fais, comment, comment tu fais aussi pour mener toutes ces vies de front.

U1

3:42

Et

U2

3:44

bon, je ne vais pas te pr√©senter, tu le feras toi m√™me, puis on y viendra au fur et √† mesure. J'ai envie de commencer en partageant. Je prends des cours de philo aussi √† c√īt√©. Et la derni√®re s√©ance. 2s L'enseignante nous proposait une question qui √©tait est ce que √™tre conscient des difficult√©s dans le monde suffit √† s'engager? Et √ßa m'a beaucoup questionn√© apr√®s. Et je me suis personnellement dit que peut √™tre que √ßa ne suffit pas d'√™tre conscient et qu'on a besoin de l'√©prouver d'une certaine fa√ßon. Et donc je me suis demand√© comment toi, tu avais √©prouv√© toi m√™me, comment tu avais √©t√© confront√© au sujet de l'impact soci√©tal pour y consacrer ta vie professionnelle. Si on peut peut √™tre commencer par l√† si √ßa te va? Oui, avec plaisir. C'est la grande question. Et que souvent les les personnes qui y mettent le pied dans cet environnement, dans ce secteur de l'impact social et environnemental se posent, c'est est ce qu'il y a un d√©clic et est ce qu'il faut que j'ai n√©cessairement un d√©clic pour pouvoir ensuite faire quelque chose de grand et de et impactant? Et je l'ai souvent pos√© cette question √† pas mal de personnes aussi qui m'inspirent beaucoup dans cet √©cosyst√®me. Les deux r√©ponses sont sont pr√©sentes. Il y en a qui ont eu un d√©clic, il y en a qui vont te dire par exemple une amie en Inde qui travaille notamment sur des A Calcutta, sur des sujets 1s de pollution de l'air, qui a commenc√©, qui a d√©marr√© sa carri√®re sur ce sujet au moment o√Ļ elle a eu un enfant, o√Ļ elle a mis au monde et elle s'est dit que c'√©tait pas possible de. De faire grandir des enfants dans un monde dans lequel tu ne respirait pas. 3s Entour√© de ce com comme on l'appelle, ce tueur silencieux. Et donc elle a. 2s Elle a commenc√© avec ce d√©clic l√† de devenir parents et de et de mettre au monde et tout d'une mani√®re tout aussi importante, voire m√™me un peu plus importante, des t√©moignages qui disent je fais partie de cette seconde cat√©gorie, qui disent que la prise de conscience a √©t√© progressive, qu'il n'y a pas eu de moment en soi et que c'est une combinaison de. 2s La mani√®re dont tu as grandi et les valeurs avec lesquelles tu as grandi, de prise en compte de ton environnement, de d'altruisme, de soins par rapport aux autres et √† ton environnement direct. Donc, est ce que c'est est ce que c'est des valeurs avec lesquelles tu as grandi ou pas? Donc combinaison de √ßa avec comme tu disais, des apports, que ce soit acad√©mique ou plus plus empirique de OK, on vit dans un monde qui n'est effectivement pas parfait et on a plein de choses √† faire. Et donc moi je pense qu'effectivement √ßa a √©t√© un mixte de sept, de sept de la culture dans laquelle j'ai √©t√© √©lev√©e, que ce soit parentale ou au niveau de l'√©ducation et un moment notamment quand j'ai mis les pieds dans l'enseignement sup√©rieur. Apr√®s, apr√®s ma pr√©pa, 1s avoir eu des apports acad√©miques sur le S, sur l'impact social et environnemental, sur la mesure d'impact. Et √† partir du moment o√Ļ j'ai compris qu'il y avait. 1s Il nous faudrait plusieurs vies pour

U1

7:16

pour faire quelque chose d'important. Je me suis dit que je ne pouvais pas. Tr√®s rapidement, je me suis dit que ma carri√®re, si j'avais quatre 20‚ÄĮ000 heures et on sait que, en moyenne, quatre 20‚ÄĮ000 heures, c'est le nombre d'heures qu'on donne 1s au total √† notre carri√®re professionnelle. Si on a80000 heures √† donner quelque part, il vaut mieux leur donner du sens, en fait, √† ces heures l√†. Et √† partir de ce moment l√†, √ßa a √©t√© une accumulation de choix personnel et professionnel 1s pour me rapprocher de plus en plus et de mani√®re de plus en plus granulaire de la compr√©hension et de l'action sociale et environnementale.

U2

7:53

Donc c'est un cheminement qui s'est fait petit √† petit et qui n'est et qui est loin d'√™tre fini, loin, loin, loin. Parce que par exemple, √ßa fait des ann√©es que je travaille sur ces sujets, mais l'autre jour, on m'a propos√© de participer √† ce qu'on appelle la fresque du climat que beaucoup d'entre vous connaissent s√Ľrement, 1s et j'ai √©t√© √©tonn√© par par certains, certaines connaissances que je n'avais pas imprim√©es encore, que j'avais pas enregistr√©es, que je n'avais pas ancr√©es dans mon inconscient et. 1s Et

U1

8:26

tu te laisses un petit peu surprendre par ces nouveaux apports qui changent d'ailleurs. Parce que la recherche avance, parce que les solutions avancent, parce que. Parce qu'on avance en tant que société sur ces sujets là et que c'est un. C'est un cheminement constant et quotidien de t'alimenter de ce qui se fait en localité et autour du monde sur ces sujets. Et c'est infini et c'est infini,

U2

8:48

c'est infini. C'est passionnant. Ok, Pauline,

U1

8:52

avant qu'on plonge dans tout ce que tu fais aujourd'hui et professionnellement et tous tes investissements entrepreneuriat dans plein de domaines, si on en revient au début,

U2

9:04

comment ça a démarré? Qu'est ce que tu voulais faire quand tu étais petite?

U1

9:07

Quand j'√©tais toute petite? Je pense, je pense chanteuse. 3s Et je pense que. Alors j'en profite pour te parler d'un truc. Il y a quelques ann√©es, j'avais √©crit un tout petit article 1s sur ce que j'avais appel√© The Challenge Makers Syndrome, donc le syndrome de l'entrepreneuriat de l'entrepreneur social Challenge Maker. Et en essence. Je disais dans ce petit article que la plupart des gens que tu croises dans ce milieu l√†, ils ont. Ils ont une sorte de poids sur les √©paules qu'ils s'auto imposent de il faut presque, il faut que je il faut que je sauve le monde, Il faut que je me. Il faut que je lutte. Il faut que je. Que je donne tout √ßa √† la r√©solution pour tendre vers la r√©solution de ces d√©fis sociaux et environnementaux contemporains. Parce qu'on fonce dans le mur et on fonce dans le mur. C'est une r√©alit√©. 2s Mais du coup, ce syndrome l√†, il a pour pour sympt√īme et cons√©quence de 2s d'√™tre une sorte de fardeau, un peu un peu mental. 2s On parle beaucoup de sant√© mentale, d'√©co anxi√©t√©, ce genre de choses. Mais. Mais voil√†, tu te mets une telle pression sur les √©paules de telle sorte √† ce que finalement il y en a beaucoup qui commencent √† se dire, qui finissent par se dire j'ai une responsabilit√© quasiment totale sur ces sujets. Et en fait, quand tu gagnes un petit peu de maturit√© et d'√©l√©vation √† ce propos, tu te rends compte que, √©videmment, tu ne peux pas tout faire tout seul, que c'est un. C'est un. C'est un jeu d'√©quipe en fait. 4s √áa me rappelle cette. 1s Ce chercheur qui s'appelle Sa√Įd Rao. Il est aussi documentariste et il fait pas mal de trucs. Et il disait finalement, on pourrait voir la Terre comme une sorte de vaisseau spatial o√Ļ on est tous ing√©nieurs et il faut qu'on travaille ensemble pour que √ßa fonctionne. J'aime bien cette id√©e. Ouais, elle est jolie et c'est vraiment √ßa √† comprendre que toi, Camille, tu vas, tu vas avec tes comp√©tences et avec ta personnalit√© et avec tes int√©r√™ts et avec tes aspirations, faire une chose ou deux ou trois. Et moi, Pauline, je vais faire autre chose de compl√©mentaire et si √ßa fonctionne, on travaille ensemble. Et sinon on travaille sur des secteurs diff√©rents, mais de mani√®re de mani√®re compl√©mentaire en termes d'impact. Ce monde est tellement vaste et tellement grand et propose tellement d'opportunit√©s de passer √† l'action qu'il faut. Il faut l√Ęcher prise sur le fait de vouloir tout faire et de vouloir tout r√©soudre soi m√™me. Et pourquoi? Et

U2

11:42

par rapport à ça, tu disais que quand tu étais petite, tu avais écrit un article ou quelque chose à ce sujet là? Change Makers et tu as. Est ce que tu as ressenti ce dont tu parles de l'écho

U1

11:53

anxi√©t√©? J'√©tais petite, j'√©tais plus jeune que maintenant. C'√©tait il y a peut √™tre sept, huit ans. 1s Compl√®tement. C'√©tait. Je d√©couvrais ces sujets. Et forc√©ment, quand tu les d√©couvres, notamment dans les premi√®res ann√©es, tu. C'est vertigineux de te prendre toutes ces 2s tous ces chiffres, tous ces faits, toutes ces toutes ces, toutes ces toutes ces observations en pleine face. Et tu te sens compl√®tement d√©munie. En fait, tu te dis c'est trop grand pour moi, je ne sais pas quoi faire. Et donc tu as en parall√®le un moment un peu, un peu, un peu panique qui te d√©sarme, qui peut d'ailleurs mener √† l'inaction, qui est assez dangereux. Et en plus de √ßa, en parall√®le, tu peux avoir ce sentiment de il faut que je fasse quelque chose mais, mais que du coup tu te crispes par rapport √† √ßa. Oui, et le point o√Ļ je voulais en venir, c'est que je pense que c'est important et c'est un de mes hommes. C'est une de mes directions tr√®s r√©cente. J'ai vraiment envie de me concentrer l√† dessus et de pouvoir en parall√®le de ce boulot, que je continue sur ces sujets. 3s Apprendre √† exp√©rimenter la joie au quotidien, peu importe l'impact que j'ai par ailleurs. Mais je pense qu'en plus, non seulement √ßa t'est b√©n√©fique √† toi, mais c'est b√©n√©fique en termes d'impact et ce que tu peux faire aussi parce que quand tu te retrouves √† travailler sur ces sujets, c'est une haleine de long terme et on en parle pas assez. On parle beaucoup des gens qui ont eu une r√©v√©lation et qui se sont dit tu sais quoi? Il faut que je travaille dans le sas, il faut que je devienne entrepreneur social, il faut que je me concentre sur ces sujets l√†. On en parle beaucoup de ces de ces shifts. On ne parle pas du shift inverse, √† savoir des gens qui ont travaill√© des ann√©es dedans et qui n'en peuvent plus. Et qui quittent entre guillemets 2s ces secteurs l√† parce qu'ils se disent je, qu'ils ont rab√Ęch√© un peu tous ces sujets l√†, ils n'ont pas trouv√© une sorte de joie et de fun aussi dans ces sujets et du coup, ils l√Ęche prise. Pour revenir dans des secteurs un peu plus traditionnels, sans forc√©ment continuer √† prendre en compte ces d√©fis sociaux et environnementaux. Et il y en a plus qu'on ne pense, je pense. Et donc je pense que c'est important de prendre soin de ta joie de telle sorte √† ce que ton engagement soit p√©renne.

U2

14:14

Ok, tu as senti que tu l'avais perdu à un certain

U1

14:17

moment? Ouais ouais. Alors √ßa se verrait pas. Tu. Tu. Tu. Tu. Tu me rencontres et tu t'es jamais tu. Quelqu'un ne ne se serait dit Ah ouais, Elle a l√Ęch√© prise, Elle travaille dans √ßa ne s'est pas manifest√© par des par des choix professionnel ou personnel fort, mais √©videmment et relativement fr√©quemment l√†, l√†, √ßa va mieux. Mais r√©cemment, je me suis demand√© Est ce que tu vois parfois √™tre un petit peu √† bout de souffle, parfois se dire que le monde est tellement vaste que tu aimerais bien aller creuser ailleurs et que. Et qu'effectivement il y a aussi de la beaut√© et de l'int√©r√™t et de l'utilit√© √† conna√ģtre √† l'interdisciplinarit√© des sujets. Parce que c'est √ßa qui est beau avec ce qu'on appelle le durable. Et le social, c'est c'est que tu les trouves dans tous les secteurs, que c'est pas parce que si tu t'int√©resses √† √ßa, il faut que tu t'int√©resses √† tout un tout un nombre d'autres sujets, que ce soit des sujets de technologie, des succ√®s, des sujets plus sectoriels, des sujets, des sujets humains. Enfin c'est tellement transverse que √ßa s'applique √† tout. Et donc je pense que si tu vas avoir l'intelligence et la compr√©hension de la complexit√©, il faut que tu aies cette cette curiosit√© d'aller, d'aller chercher ailleurs. Et donc du coup √ßa rajoute au fait qu'il y a eu des moments effectivement. Et l√† ce que je me pr√©pare une petite pause, est ce que je ne la m√©rite pas cette pause? Et en fait, en fait, je pense que tout le monde devrait devrait trouver cette joie de travailler sur ces sujets, peu importe o√Ļ il ou elle se trouve professionnellement, parce qu'il y a beaucoup de joie √† avoir. On parle de l√†, on parle de la vie, on parle de la d'une terre qui continue de vivre au long terme et √ßa devrait pas √™tre toujours apocalyptique, tu vois. Il est important ce discours apocalyptique aussi parce que c'est de la, c'est du r√©veil, c'est de la prise de conscience bien s√Ľr, mais √† un moment, √† un moment, il faut que tu passes de ce, de ce, de ce discours l√†, √† un discours qui te p√©rennise, toi dans ton engagement qui est d√©j√† pr√©sent. Et √ßa me rappelle. 1s J'en parlais √† une amie √† Calcutta, il y a quelques ann√©es par Amita, une danseuse. 2s On peut parler des arts et de l'activisme, Enfin, vraiment, c'est large. Une danseuse qui est d'ailleurs tr√®s engag√©e sur ces sujets environnementaux. Et je disais Paramita parce que je travaille dans le secteur de l'√©ducation d√©j√† √† l'√©poque et je disais je me sens parfois un peu d√©munie face √† des √©tudiants qui me disent mais √† quoi √ßa sert de se battre? C'est d√©j√† trop tard. 1s Notamment par rapport au changement climatique. Et elle m'a dit quelque chose d'original. Elle me dit Imagine toi de deux √©quipes de football √† deux minutes de la fin du match et il y a une √©quipe qui perd un but √† deux par exemple. Est ce que parce qu'il te reste deux minutes et qu'il est peu probable que tu que tu marques un autre but, est ce que. Est ce que c'est une raison de s'arr√™ter de jouer en fait? Et non, non, quand tu vas, tu vas continuer jusqu'au bout. Tu veux qui? Tu vas essayer? Tu vas, tu vas faire tout ce que tu peux et. Et j'en parlais aussi tr√®s r√©cemment √† quelqu'un qui qui est tr√®s tr√®s, tr√®s au sujet de tout et de tout. Il peut lire, il lit les d√©tails des rapports du GIEC, enfin, vraiment, il est il conna√ģt les derni√®res donn√©es sur ce sujet et il a d√©j√† de un les probabilit√©s de r√©ussir son existence et √† se sortir un peu de ce de cette situation un peu alarmiste. Et de deux, il se refuse √† penser que tout est perdu. Et je pense que c'est c'est sain de se dire et de savoir qu'il y a beaucoup d'espoir et que et trouver, trouver cette capacit√© dans son quotidien de rep√©rer ces petites lueurs d'espoir et de et de de puiser 1s la joie dans la vie que tu peux observer autour de toi au quotidien. Je n'ai pas encore cette comp√©tence et j'ai envie de la faire grandir plus.

U2

18:22

Voil√†. C'est tr√®s int√©ressant d√©j√† de mettre en contraste le fait que ces orientations professionnelles, o√Ļ on est finalement tr√®s connect√© avec ce discours apocalyptique et o√Ļ tous les enjeux. 1s Qui pourrait √™tre en opposition avec le fait de s'√©merveiller de tout ce qui est d√©j√† l√† et qui est merveilleux, 2s donc de le souligner. C'est marrant, pendant que tu parles de joie, je remarque tes deux boucles d'oreille qui en fait font du bruit dans le podcast, mais c'est sympa en fait. Tu vois, si tu avais un petit c√īt√© p√©tillant et c'est venu me chercher pendant que tu parlais de joie. Et 1s rechercher la joie, c'est aussi un chemin.

U1

19:02

Oui,

U2

19:04

aujourd'hui tu la trouves o√Ļ ta

U1

19:05

joie? Ah, je sais pourquoi je te parlais de la joie. Parce que tu me disais qu'est ce que tu voulais faire plus petite? Et je t'ai dit chanteuse 1s et. 3s On y revient et je pense que notamment pendant la pand√©mie en fait. Petite histoire j'ai toujours √©t√© chanteuse de douche et 1s amatrice √† fond. Je suis mont√©e sur sc√®ne une ou deux fois, mais pas plus. Vraiment, j'aime bien le. 1s Parce que le fait de te retrouver dans ta salle de bain avec √† la fois l'√©cho de la salle de bain et le fait que de nature, quand tu prends une douche, tu es plut√īt d√©contract√©e et du coup ta voix l'est. On est tous des super chanteurs dans la douche, on est d'accord?

U2

19:52

Bon potentiel d√©multipli√© √† la douche, on se croit tous potentiel de voice dans la douche. 2s Et donc j'ai toujours aim√© chanter. Et Mais toujours dans la douche, toujours dans la salle de bain et pendant la pand√©mie. Au d√©but, on √©tait un peu d√©munis. J'√©tais en Inde, √† Calcutta, avec mon avec mon mari qui est de l√† bas et 1s on s'ennuyait un peu. On √©tait coinc√©s dans notre chambre, on ne sortait pas et c'√©tait au tout d√©but. Et lui, il joue pas mal de la guitare et moi j'avais un peu ce ce fond de chant et. Et du coup on a d√©cid√© de commencer de mani√®re tr√®s amatrice mais commencer √† chanter ensemble, lui √† la guitare, moi au chant 1s et de chanter, de performer des chansons bengalie un peu assez classique, populaire de l√† bas. Donc Magali, c'est la culture et la langue parl√©e dans le Bengale occidental, dont la capitale est Calcutta de l'√Čtat et. 1s Et vraiment avec du recul et en fait, c'est devenu une sorte de s√©rie de vid√©os qu'on post√©es sur les r√©seaux sociaux avec avec ses tr√®s beaux moments de couple pass√© ensemble, finalement √† pr√©parer la chanson avec lui qui m'expliquait ce que les paroles voulaient dire parce que je parle pas tr√®s tr√®s bien bengali encore 1s et √ßa a √©t√© un peu notre petit bonheur bonhomme de chemin, notamment pendant la pand√©mie qui √©tait une p√©riode un peu mentalement lourde pour tout le monde. √áa nous a un peu. √áa nous a vraiment fait trouver cette joie dont tu parlais 1s pendant cette p√©riode l√†. Donc, je dirais, je dirais le chant. Et parfois je me vois, l√†, je me retrouve quand je me retrouve seule, quand j'ai des moments de bas, quand j'ai des, quand j'ai des coups de barre, notamment √† Calcutta, que parfois je de la France me manque ou je ne sais pas, je me mets de la vari√©t√© fran√ßaise 1s et je la chante √† tue t√™te. Je me trouve un coin o√Ļ je suis tout seul, toute seule, o√Ļ personne ne m'entend. Voil√†, √ßa. Et puis deuxi√®me r√©ponse, ce serait, je pense, certaines rencontres. 1s J'en citais quelques unes de ces personnes l√† qui te qui te redonne espoir. Et de par mon travail en fait, je t'en dirai plus plus tard. Mais de par mon travail, j'ai rencontr√© beaucoup d'entrepreneurs sociaux qui par nature ont l'espoir de et ont la joie de cette vie l√†. Qui veulent ils √† laquelle ils veulent contribuer par leur travail? 1s Parce que je pense que du coup, m√©caniquement, si tu n'as pas cet espoir l√†, tu ne deviens pas entrepreneur social. Enfin, tu te dis bon, c'est foutu, laisse moi faire autre chose, laisse, laisse moi ne pas y penser. Mais toutes ces personnes l√† en fait. Et au quotidien, quand tu les rencontres, c'est eux et elles qui te quittent, infuse avec, avec cet espoir l√†, en te montrant par A plus B qu'il y a des gens et beaucoup et de plus en plus qui qui s'allient et qui et qui travaillent. 2s T√™te, cŇďur, corps sur ces sujets. Donc voil√†, je dirais √ßa, mais je pense, je pense qu'il y a beaucoup d'autres sources de joie qu'il me reste encore √† trouver. Et 1s et c'est un long chemin. Tu vois, tu disais tout √† l'heure, tu me disais tout √† l'heure que tu prenais certains cours de philo, √ßa me. Je pense qu'il y a aussi deux ou trois trucs √† aller chercher dans C dans ces sources l√†, d'avoir une r√©flexion un peu plus r√©flexive et joyeuse sur ce que tu vis au quotidien. Se rendre, ouvrir les yeux davantage, continuer √† les ouvrir, c'est, et je sais 1s en √©tant dans ce milieu l√†, qu'il y a aussi beaucoup d'activistes. 2s Qui connaissent par exemple ce qu'on appelle le burn out militant, ce genre de choses qui du coup retrouvent un peu le souffle justement en allant puiser ou allant chercher cette cette joie l√†. Et je sais qu'il y en a plusieurs qui travaillent sur ce sujet,

U1

23:47

et je trouve que c'est sain parce que c'est vraiment l'essence même de la raison pour laquelle on essaie de faire quelque chose, c'est que, à la fin, tu as la vie. Et donc Et qu'est ce que la vie si elle n'est pas joyeuse? Bon, pas forcément grand chose,

U2

24:01

c'est beau. Donc à la fois des des, des joies personnelles, physiques même.

U1

24:09

Oui et non. Mais je pense que le fait d'être joyeux, c'est assez charnel en fait. C'est vrai,

U2

24:14

√ßa se ressent dans le corps. Commence par un sourire peut √™tre, puis une sorte de sorte de de l√©g√®ret√© de l'esprit et du corps aussi, tu vois. Je pense que c'est tr√®s physique, la joie bien s√Ľr, aussi psychique mais mais physique. Et peut √™tre que

U1

24:31

je suis pas mal int√©ress√© par la psychologie. Tu as certains gourous que j'ai pu suivre par le pass√©, par exemple Tony Robbins aux √Čtats-Unis. Qui est qui? Un qui est assez inspirant, qui est int√©ressant, mais en

U2

24:43

Inde, on en parlait beaucoup.

U1

24:45

Ouais, voil√†, c'est plut√īt mon p√®re qui m'a fait d√©couvrir un peu ses sujets de psychologie, parce que finalement, en fait, mon p√®re s'est reconverti tr√®s tard. Il est pass√© par √©cole de commerce. Apr√®s il est devenu consultant apr√®s dans une grosse entreprise et √† 45 45 ans. Et l√† il s'est r√©veill√© en disant, en se disant qu'il n'avait pas forc√©ment pris des d√©cisions tr√®s conscientes par rapport √† sa vie professionnelle. Et il a, il a. Il a commenc√© √† reprendre des √©tudes de psychologie, donc il m'en parle beaucoup depuis ces ann√©es l√†. Et donc Tony Robbins, il dit beaucoup de choses. Oui, Tony Robbins s'est dit beaucoup de choses, mais il y a un des messages qui qui qui m'int√©ressait en t√™te, c'√©tait de dire qu'en fait. 2s Ton corps. 1s Est un levier souvent sous estim√© de l'√©motion que tu veux ressentir. C'est √† dire que si tu as envie de, de ressentir, de ressentir plus de l√©g√®ret√© et plus de joie, peut √™tre que √ßa commence juste par un sourire. M√™me si le sourire n'est pas d√©clench√© par quelque chose, juste d√©clenche le sourire. Et √ßa, √ßa va peut √™tre d√©clencher l'√©motion positive. √áa peut commencer par un sourire. Il te dit aussi Redresse toi. Tu vois juste ne sois pas avachi sur ton lit parce qu'effectivement l√†, tu vas rien faire. Donc en fait, il y a beaucoup de postures physiques qui d√©clenchent l'√©motion et pas l'inverse en fait.

U2

26:07

Faillite. You make

U1

26:08

it excellent of my life. 1s Non mais c'est vrai, j'essaye. J'essaye de garder ça en tête parce que parfois, tu sais, quand t'es au fond de ton lit, la flemme, tu sais pas, tu sais pas, c'est un jour sans. Et bien parfois, il suffit de relever ses épaules, de se mettre en jambes, de faire un petit un petit geste, de faire un sourire et tu. Et tu démarres petit à petit. Et je pense qu'on sous estime ce pouvoir là. Donc non, c'est très physique.

U2

26:36

Ouais, donc le physique, l'incarnation physique de la joie et les rencontres humaines chargées d'espoir

U1

26:45

et de joie communicative et. 1s Et je ne suis pas du tout en train de dire

U2

26:49

que je suis que j'ai ce talent là de la recherche de la joie spontanée. Je pense que c'est vraiment quelque chose qui se travaille. Il y en a qui lance plus spontanément que d'autres. J'en parlais à un nouvel ami il y a pas très longtemps, qui me disait moi je me réveille avec la joie. T'as de la chance toi! Moi je veux

U1

27:07

bien que tu m'apprennes comment tu fais parce que c'est pas forcément inné de la même manière chez tout le monde, mais ça se travaille et je

U2

27:15

pense, je pense que c'est √† la fois un moyen et aussi une fin en soi, parce que finalement c'est 1s ce que tu as envie de pouvoir construire cette comp√©tence de peu importe les circonstances, ce qui t'arrive de mani√®re personnelle, ce qui t'arrive, que ce soit dans ton contr√īle ou en dehors de ton contr√īle, tu as envie d'√™tre, de pouvoir. 2s Injecter de la joie, peu importe les circonstances. C'est un super pouvoir en fait, quand on y pense. Et donc si tu as ce super pouvoir au quotidien, t'as tout compris quoi. En fait je pense.

U1

27:48

Donc voilà, j'ai envie de le creuser.

U2

27:50

Un moyen et une fin. J'entends tout à fait l'idée de la fin. Et si c'était un moyen, ce serait un moyen de quoi? 1s Quand on parle par exemple des sujets, des sujets d'impact dont on parle depuis tout à l'heure. 2s Moi je trouve que ton pouvoir d'inspiration est peut être plus puissant, plus fort, si tu as l'espoir et la joie que tu as situé dans le cynisme et la négativité, les deux sont intéressants. Il faut écouter un peu des deux discours, mais je suis toujours plus. J'ai toujours plus d'énergie de quelqu'un qui va me dire Ah, la vie est belle, tu vois. Et

U1

28:31

ouais, oui, on a beaucoup de travail encore, mais faisons le. Et je trouve que du coup, la joie comme moyen devient un peu ce pouvoir de de conviction, de persuasion et d'inspiration envers les autres. Parce que tu rayonnes et donc par ricochet, en fait tu impact aussi beaucoup autour de toi.

U2

28:50

Super. Trop beau

U1

28:52

comme ton sourire, comme ton sourire. Le tien aussi, il parle beaucoup.

U2

28:56

Ça serait bon. Exactement. 1s Super! Alors Sinon, on en revient à ton histoire. Donc petite, tu voulais devenir chanteuse? Et après? Qu'est ce qui s'est passé pour toi?

U1

29:09

Hum. Qu'est ce qui s'est pass√©? Alors je. Je suis n√© √† Paris. J'ai grandi en banlieue, au Chesnay, pas loin de Versailles. 2s Et j'avais. J'ai eu une. Un chemin un peu tout trac√©, acad√©miquement parlant. J'avais. 1s Je r√©pondais au syst√®me acad√©mique et √©ducatif tel qu'il est pens√© en France, donc √ßa marchait bien. Il n'est pas, il n'est pas fait pour tout le monde et il a beaucoup de d√©fauts ce syst√®me. Mais 1s il m'a amen√©, sans forc√©ment trop y r√©fl√©chir, 1s √† poursuivre le chemin pr√©pa. Apr√®s, 1s apr√®s. Apr√®s mon lyc√©e, ce qui m'a ouvert la porte ensuite √† des √©tudes de commerce √† HEC apr√®s les concours 1s et. 1s Et c'est √† partir du moment je pense, o√Ļ je suis rentr√© √† HEC que j'ai commenc√© √† m'ouvrir sur ces sujets l√†. C'est pas des sujets qu'on nous faisait d√©couvrir avant et j'esp√®re parce que √ßa fait cinq ans que je suis en Inde maintenant, mais j'esp√®re que ces sujets, on en parle √† partir de partir de la petite maternelle. Ce serait, ce serait l'id√©al en termes de. En termes de but, Mais, mais c'est des sujets que j'ai d√©couvert sur le tard en fait. Et √† partir du moment o√Ļ je les ai d√©couverts, √† partir du moment. Pareil pour l'entrepreneuriat, c'est pas quelque chose. Enfin, j'avais jamais eu la r√©flexion carri√®re.

U2

30:39

J'aurais pu te poser aussi cette question l√†. Jamais eu, jamais eu la r√©flexion carri√®re avant de sortir de pr√©pa. Et je ne suis pas en train de cracher sur la pr√©pa. C'est √† dire que, avec du recul, c'√©tait une telle base acad√©mique, √† la fois acad√©mique parce que tu bouffes du contenu de 7 h √† 22 h pendant deux ans, mais c'est du beau contenu et c'est. 1s Et non seulement c'est en termes de contenu et en terme de format, √ßa t'apprend aussi √† √™tre r√©silient dans du travail de longue haleine. Et je pense que √ßa te sert de, si tu veux, de sch√©ma de r√©f√©rence en termes de. Ou est ce que, jusqu'o√Ļ est ce que tu peux te pousser en termes de travail? Donc c'est je ne regrette, je n'ai jamais regrett√© d'√™tre pass√© par la pr√©pa, mais. Mais ces sujets carri√®re, entrepreneuriat, impact, il m'ont vraiment saut√© aux yeux quand je les gens et j'en ai appris l'existence quand j'avais d√©j√† 20 ans. Ouais, 20 ans juste apr√®s la pr√©pa. 1s Et oui, effectivement, tu commences plus √† r√©fl√©chir √† ta carri√®re. Et en fait il y a eu deux, il y a eu deux deux moments dont je me souviens tr√®s tr√®s pr√©cis√©ment. Tu as eu le moment o√Ļ en entrant Ah je sais, je me suis rendu compte que quitte √† passer quatre 20‚ÄĮ000 heures de ma vie √† travailler, autant les mettre au service de quelque chose d'utile. Et quelque chose d'utile peut. Peut prendre diff√©rentes d√©finitions par rapport √† toi. C'est √† toi de de mettre en place et d'√™tre con√ßu, de d√©velopper cette conscience des de tes crit√®res de choix professionnels et de ce qui est de ce qui te tient √† cŇďur. 1s Donc cette cette r√©flexion l√† et ce moment de prise de conscience et quelques ann√©es apr√®s, c'√©tait quatre ans plus tard, 1s je me souviens tr√®s tr√®s bien √ßa. Pour le coup, c'√©tait vraiment un d√©clic. C'√©tait le moment o√Ļ je me suis rendu compte que quitte √† travailler dans un secteur, autant que ce soit celui de l'√©ducation, 1s de

U1

32:43

par l'impact par nature qu'il peut créer. Parce que tu en fais tu. Tu parles de la formation des esprits et par rapport à vis à vis de la jeunesse. Et je trouve que en soi et en nature, c'est un secteur à la fois hyper hyper joyeux, hyper porteur de sens et hyper impactant. Et ça, j'étais figure toi, j'étais en Inde quand à ce moment là, 1s c'était le 8 mars 2017. À

U2

33:12

quelle heure? Ah, c'√©tait 1s l'heure exacte, mais √ßa devait √™tre en fin de journ√©e. C'√©tait un. Le soleil s'√©tait couch√© mais pas loin. Donc en Inde, √ßa doit √™tre d√Ľ. √áa doit √™tre du 18 h 30 quoi. Enfin voil√† quelque chose comme √ßa. 2s 8 mars Pourquoi C'√©tait donc la Journ√©e internationale de la femme? 1s On √©tait dans le fin fond du Rajasthan, dans une dans une ONG. On travaillait dans une ONG hyper inspirante. C'√©tait le. J'avais pris une ann√©e de c√©sure √† ce moment l√† entre mon Master un et mon master deux. Et pendant un an, avec trois amis, on a on a fait. On a r√©alis√© une s√©rie de missions, de missions, de mesure, d'impact social aupr√®s d'ONG et on √©tait en Inde et on travaillait pour une ONG qui s'appelle Barefoot College, que tu connais peut √™tre. Mais oui, j'ai

U1

34:01

été 2s extraordinaire. Ça a peut être été Ah oui, et j'étais sur une de ces collines qui sont juste

U2

34:08

√† c√īt√© 1s et. Et il. C'√©tait le 8 mars. Notre notre mission √©tait √©tait en pause parce que ce jour l√†, tout le village festoyait et c√©l√©brait les femmes et du coup, on n'avait pas de quoi avancer sur notre mission ce jour l√† en particulier. Donc je me suis dit ok, je vais aller me faire une petite balade dans les environs toute seule. 1s Je suis un peu. J'ai un peu grimp√© sur la colline, j'avais une belle, une belle vue sur le paysage et l√† j'avais faim. J'ai fait un petit peu spontan√©ment le bilan, non pas uniquement du voyage en cours, mais aussi de ma vie de mani√®re g√©n√©rale. Et je me suis et je me suis fait la r√©flexion de. En fait, 1s tous les probl√®mes que j'ai pu identifier, que ce soit dans ma propre √©ducation ou par la suite √† travailler avec d'autres personnes, proviennent du syst√®me √©ducatif et de la mani√®re dont on le pense. Et donc que ce soit ma propre √©ducation. En France ou comme je le disais, je n'avais jamais entendu parler des d√©fis sociaux et environnementaux avant, avant de d√©barquer √† 20 ans, 21 ans en enseignement sup√©rieur ou pareil pour l'entrepreneuriat o√Ļ que ce soit, m√™me au niveau au niveau primaire o√Ļ on assoit des √©tudiants dans une salle alors que, alors que des √©tudiants, alors que des enfants, √ßa demande, √ßa demande √† courir, √ßa demande √† crier, √ßa demande √† s'exprimer. Enfin, il y a deux trois trucs un peu philosophiques sur le secteur de l'√©ducation auxquels je pensais √† ce moment l√†. Donc ma propre √©ducation en France. Et puis aussi le voyage r√©cent, donc dans lequel on √©tait, qui m'avait, qui nous avait amen√©s √† voyager. On avait on avait voyag√© en C√īte d'Ivoire, en Tunisie, au S√©n√©gal, en Tanzanie, en Inde, l√† o√Ļ on √©tait. Et puis apr√®s on est all√©s au Cambodge, puis en Am√©rique latine et et pour avoir un peu travaill√©, du coup, √† ce moment l√† en Afrique, donc C√īte d'Ivoire, Tunisie, S√©n√©gal et Tanzanie, avec toutes les √©quipes qu'on avait pu, avec lesquelles on avait pu travailler, il y avait par exemple en Tanzanie, un manque de un manque d'esprit critique, un manque de, un manque de questionnement des √©quipes. Le fait d'avoir aussi √©t√© t√©moin de salles de classe au S√©n√©gal avec je ne sais pas, une centaine d'√©tudiants par classe. Mais tu vois, les enfants √©taient tout sourire et ils √©taient hyper joyeux d'√™tre √† l'√©cole et c'√©tait beau en m√™me temps. Mais tu te dis bon, il y a quand m√™me du boulot √† faire dans ce secteur de l'√©ducation o√Ļ dans le monde entier, il y a des probl√®mes, que ce soit en France ou au S√©n√©gal ou en Inde. Enfin vraiment partout, partout, on ne le fait pas bien. Donc je me suis dit c'est quoi? Pourquoi pas? J'ai une vie et quitte √† la mettre quelque part et d√©dier du temps quelque part, et ben je trouve √ßa pas mal de me positionner au carrefour de l'√©ducation et du d√©veloppement durable. Et donc c'est √† partir de ces de ces deux trois moments l√† que j'ai construit et que je continue √† construire le parcours. Donc il y a eu une prise de conscience c√īt√© √©ducation, prise de conscience, et apr√®s j'ai commenc√© effectivement √† me. 1s √Ä m'int√©resser plus davantage √† ce secteur l√†. 1s Et √ßa a √©t√© un peu ma ligne, 1s ma ligne de coh√©rence et mon fil rouge depuis. Depuis cette prise de conscience.

U1

37:25

Bravo! Vous √™tes arriv√©s √† la fin de ce premier √©pisode, de ce premier √©pisode qui √©tait une discussion autour du courage et de la pers√©v√©rance qui ont √©t√© les pierres angulaires du parcours de Pauline. Et puis ces choix audacieux qui nous rappellent que la recherche de sens peut conduire √† des routes inattendues et enrichissantes. Dans un prochain √©pisode, on se retrouve pour plonger maintenant dans le monde de l'engagement, notamment envers les objectifs de d√©veloppement durable. A tr√®s bient√īt. 2s Bravo, Vous √™tes arriv√©s √† destination de cet √©pisode mauvais et merci de le partager √† deux personnes autour de vous. De demander √† vos amis de s'abonner et de mettre une note cinq √©toiles avec un commentaire. C'est ce qui permet de faire vivre le podcast. Pour finir, n'oubliez pas que si vous avez besoin d'√™tre accompagn√© dans votre challenge professionnel, je serai ravi de faire avec vous un point sur votre situation si vous m'√©crivez sur www podclub.ch. Perspective comme je suis

U2

38:27

qualifie aussi, j'ai h√Ęte de vous lire et je vous dis √† tr√®s bient√īt.


 

√Čpisode 2 : "Engagement Vertueux"¬†Explorez avec nous le r√īle crucial de Pauline dans la promotion des Objectifs de D√©veloppement Durable et son impact positif sur le monde.

 U2 

 0:43 

 Continuons notre aventure avec Pauline. Avec ce deuxième épisode, on va explorer ensemble les engagements qu'a pris Pauline, notamment envers les objectifs de développement durable et avec quelques conseils si vous voulez orienter votre carrière vous aussi dans ce sens. Bonne écoute. 8s Pour te refaire 

 U1 

 1:09 

¬†le parcours assez rapidement donc, je suis entr√©e. HC Il y a eu deux ann√©e acad√©mique et une ann√©e de stage. Ensuite on est parti avec ce projet qu'on a appel√© Aqua parce qu'on se sent tr√®s sur dessus des probl√©matiques d'acc√®s √† l'eau. Sur ce projet autour du monde, avec ses trois amis. √áa, c'√©tait l'ann√©e 1 ann√©e de c√©sure et ensuite j'ai fini mon master √† HC qui √† la fois m'a donn√© la possibilit√© de prendre une ann√©e de c√©sure dont je te parlais et √† la fois offre. 1s¬†Ce master qui s'appelle le Master SASI. Cest une habilet√© and social innovation qui est incroyable et par lequel j'ai eu la chance de passer. Et je te le mentionne parce que j'ai la chance aussi de travailler pour ce master en ce moment. Je t'expliquerai. 2s¬†J'ai √©t√© √©tudiante au sein de ce master et juste apr√®s j'ai d√©m√©nag√© √† Calcutta. 1s¬†Et en fait, 2s¬†je ne sais pas la co√Įncidence de vie, √ßa s'est plut√īt bien goupill√©. C'est √† dire que mon. 1s¬†Le partenaire que je m'√©tais trouv√© sur le campus en France du nom de Mac Do 2s¬†a fini par devenir mon mari et. Et il se trouve que sa famille √† Calcutta. 2s¬†Son p√®re est le fondateur et le pr√©sident de ce grand groupe du secteur de l'√©ducation. On n'invente pas ce genre de co√Įncidences, on les invente pas. Et donc en fait, c'√©tait un petit dilemme parce que quand je suis arriv√©e, je me suis dit est ce que je travaille avec ma belle famille ou est ce que je fais quelque chose d'ind√©pendant?¬†

 U2 

 2:50 

¬†C'√©tait compliqu√© parce que je voulais. Comme je le disais, je savais que je voulais travailler dans le secteur de l'√©ducation, mais je ne pouvais pas, par diplomatie familiale, finalement, rejoindre un concurrent. 2s¬†De ma belle famille dans le secteur de l'√©ducation justement, on va tenter le fait de travailler dans le secteur, dans le groupe de la belle famille. Mais c'est int√©ressant ce que tu dis, tu as un souhait, un vŇďu et finalement il y a la vie qui t'apporte sur un plateau une opportunit√©. Et¬†

 U1 

 3:20 

 tu te pose la question est ce qu'elle est légitime à prendre ou pas cette opportunité alors qu'en fait c'est peut être ça et ce n'était pas une décision facile à prendre. Et ça, ça me creuse toujours un peu l'esprit. C'est parce que je pense que l'époque dans laquelle je suis née, on te dit qu'en tant que femme, 2s il faut que tu sois indépendante, il faut que 1s tu vois. Je me suis sentie dans un premier temps et c'est plus trop le cas, heureusement. Mais dans un premier temps, je me suis sentie un peu 

 U2 

 3:49 

 collée au stéréotype de la femme qui suit 1s son mari et sa famille dans sa localité. Parce que j'ai déménagé à Calcutta, qui est donc sa ville 2s et après j'ai rejoint le groupe de famille. 

 U1 

 4:07 

 Est ce que dans ma tête c'était. Est ce que. Est ce que j'ai été pistonné? Est ce que je mérite ce poste au sein de ce groupe familial? Voilà tout. Sous ce type de questionnement, je me. En fait, je me sentais aussi un peu entre guillemets, la femme, la femme trophée. C'est à dire Je me souviendrai toujours, je crois, de ce moment. 1s Je venais d'arriver en Inde, je venais de déménager à Calcutta et mon beau père me présente à son board 1s Dans le groupe de famille, le groupe s'appelle Techno India et. Et il dit à tout le monde des six Pauline 2s Megadeth Fetch from Europe. Et donc si tu traduis fetch, tu dirais il a il a collecté depuis l'Europe. En fait, c'est comme si tu allais chercher de l'eau et que tu l'as ramené au village en fait. Et. 1s Et c'était maladroit de sa part. Et c'était pas forcément à 100 % de sa faute parce qu'il n'est pas. Il ne parle pas très bien anglais, donc c'était une maladresse qui n'était pas intentionnelle et il n'y a pas de souci là dessus. Mais je pense que ça en disait beaucoup sur le fait que voilà, j'arrivais un peu comme une fleur dans un grand groupe du secteur et dans une grande famille déjà localement très ancrée, très très bien connectée, assez connue localement. Et donc voilà, je me suis toujours un peu sentie 1s disant ça comme ça. J'ai fait tout mon possible pour ne pas me sentir et ne pas être perçue comme la femme. Deux Et je pense que le fait d'avoir creusé au préalable un petit peu cette niche au carrefour entre l'éducation et le développement durable m'a permis de trouver ce refuge et ce focus un peu professionnel qui a fait que, au fur et à mesure du temps, j'ai trouvé mon indépendance et j'ai trouvé mes sujets. Et maintenant je suis complètement. 2s Oui, complètement indépendante et 1s un petit peu reconnue en local, parce que je travaille sur ces sujets là. Et d'ailleurs c'était intéressant parce que moi je sortais d'un master, donc axé sur ces sujets qui vient d'ailleurs de fêter ses 20 ans. Et quand je suis arrivé à Calcutta et dans Techno India Techno India, c'était des sujets inexistants, 1s en tout cas qui n'étaient pas explicitement mis mis en valeur et mis en avant par par le groupe et sa stratégie. Et donc je me suis positionné comme comme celle, comme comme une intrapreneurs au sein de Techno India pour faire un peu éclore ces sujets et faire en sorte de proposer in fine de manière obligatoire à tous les étudiants du groupe 1s le fait de travailler et d'avoir peut être aussi des aspirations de carrière liées au développement durable et à l'impact social et environnemental. Et donc ça a pris du temps. Je. J'aurais bien aimé 1s pouvoir être plus patiente avec moi au début. Maintenant, avec du recul, je me dis tu n'as pas été très sympa avec toi même. Mais tu vois, j'étais arrivée en mode. 2s Avec avec le stress de l'intégration rapide et du coup je fais pas vraiment une différence entre quand tu voyages et tu sais que tu as un billet de retour chez toi quand tu voyages et tu sais que c'est pour de bon. Moi j'étais parti pour de bon. Enfin je savais que quoi tu parles 

 U2 

 7:35 

 Et. Et donc j'arrivais. J'étais arrivé avec mon stress de faut que j'apprenne la langue, il faut que je me fasse. Mais encore une fois parce que je ne voulais pas être la femme. Deux Je voulais tenir, tenir debout par moi même et me faire mon propre trou. Donc apprendre la langue locale, 1s c'était un peu recommencer une vie à zéro entre guillemets, parce que je connaissais personne à part ma belle famille. Qui est ce qui est devenu ma belle famille? Donc apprendre la langue, me faire mes propres amis, me reconstruire une crédibilité professionnelle, comprendre comment naviguer une culture locale, personnelle et professionnelle complètement différente, ce genre de chose. Donc je suis arrivée avec du stress, de l'impatience et je me dis mais en fait Pauline, avec avec le recul que j'ai maintenant, je me dis mais tout le monde serait passé par au moins un, deux, trois ans de transition et c'est complètement normal quand tu changes d'univers 

 U1 

 8:31 

 comme ça toi, Grosse exigence avec toi même. Et je fais un petit parallèle avant qu'on commence cet épisode, on évoquait l'idée de se dire à quel point j'écoute mes propres besoins, à quel point je m'adapte à ceux des autres. Est ce qu'il y a quelque chose à conjuguer entre les deux? Et là, je retrouve ça dans ce que tu dis sur je vais être indépendante, suivre ma voie et en même temps j'ai une opportunité qui arrive de l'environnement extérieur et à quel point je me fous là dedans ou pas. Et trouver un intermédiaire et pas faire du soit ça, soit ça met quelque chose entre les deux qui conjugue les deux besoins. Tu l'as peut être trouvé avec cet intrapreneur là dans cette société et c'est un vrai 

 U2 

 9:14 

¬†questionnement. C'est applicable √† tout. En fait, le fait de de chercher la nuance plut√īt que de se dire c'est tout noir, c'est tout noir ou tout blanc et √ßa s'applique √† tout. C'est √† dire que par exemple, 2s¬†quand quand j'ai quand on a pris, quand j'ai pris la d√©cision de d√©m√©nager √† Calcutta. 1s¬†Je me suis dit 1s¬†j'abandonne ma famille, je laisse tout derri√®re. Alors qu'en fait tu es l√† bas et maintenant tu as. Tu as plein de moyen de garder contact avec ta famille, avec tes proches. J'appelle ma grand m√®re plus quand je suis √† Calcutta que quand je suis quand je suis √† Paris. Pareil pour mes parents. De mani√®re g√©n√©rale, tu as toujours des moyens de trouver cette nuance l√† et de t'√©loigner du noir et du blanc noir qui est dangereux en fait, de la m√™me mani√®re. 1s¬†Oui, il faut trouver ton ind√©pendance et rester toi m√™me, mais √™tre ouvert √† au fait d'apprendre ce que ce que peut apporter une nouvelle culture comme la culture indienne. 1s¬†Et √ßa a √©t√© un petit peu √ßa chamboule un petit peu au d√©but, parce que tu as envie d'√™tre forte dans tes bottes et dans tes valeurs, et dans et dans et dans ta propre personnalit√©. Mais en fait, tu es tellement. l'Environnement est tellement diff√©rent qu'il te qui te challenge sur ses propres v√©rit√©s par rapport √† toi 1s¬†et. Et tu te rends compte que de toute fa√ßon c'est pas toi qui va changer la culture indienne. C'est √† toi de t'adapter aussi et de savoir un peu absorber le bon de la culture. Donc donc faire parce que tu as la chance de te positionner comme un pont entre deux cultures, la tienne et ta culture d'accueil. Tu as la chance de pouvoir √™tre juge de et prendre le meilleur des deux, tu vois? Et essayer parce qu'il y a tellement de tr√®s belles choses dans la culture indienne. Un des derniers exemples que je donnerai l√†, c'est. J'√©tais arriv√©e avec mon avec mon mon √©tat d'esprit un peu occidentale, ind√©pendante, en mode bon, on s'installe chez tes parents quelques temps mais apr√®s on va se trouver un appart √† nous, c'est bon quoi. 2s¬†Et. Et en fait, l√† aussi, la culture indienne vient tu te questionner l√† dessus? Parce que c'est une construction sociale occidentale en fait de vouloir et presque devoir socialement sortir du nid parental √† tes 18 ans et voler de ses propres ailes, c'est bien, mais. 1s¬†C'est bien uniquement quand c'est r√©fl√©chi et que c'est que c'est que et que que c'est justifi√©. Sinon il n'y a rien de mal √† vivre en communaut√©, en communaut√©, avec sa famille. Et finalement, on a fini par rester quatre ans 1s¬†sous le m√™me toit que mes beaux parents. Bon, il y a eu la pand√©mie entre deux aussi et c'√©tait tr√®s bien d'√™tre ensemble pendant ces confinement etc. Bien s√Ľr, mais d√©j√† ses parents sont incroyables. Et puis la cohabitation se passait tr√®s bien et il y a de tr√®s beaux avantages √† apprendre √† vivre en communaut√© avec tes propres parents, tes fr√®res et soeurs, au lieu de 1s¬†chercher √† √™tre ind√©pendante et seule. 2s¬†Alors que finalement, √ßa se justifie pas. Pas tout le temps. Donc voil√†, faire un petit peu l'amalgame des deux et √™tre assez flexible et. 1s¬†Et te laisser aller. Te laisser surprendre aussi par ce que te donne ces nouveaux inputs que tu peux avoir au fil de ta vie. Avoir la sagesse de remettre en cause ce que tu croyais vrai et de. Et de remettre tout √† plat et de te dire En fait √ßa c'est. √áa n'a pas de sens ce que je faisais avant et je vais le faire autrement. Donc √ßa prend du temps. Mais voil√†, il y a tout √ßa qui sait?¬†

 U1 

 13:03 

 Ça me parle beaucoup de questionner ces certitudes 

 U2 

 13:05 

 complètement. Ouais bon après il y a à prendre et à laisser. C'est à dire que par exemple 1s en Inde, et c'est un peu cliché pour moi de dire ça, mais il y a une vérité là dessus, c'est par exemple la ponctualité Bon bah elle est pas, c'est pas la ponctualité à l'allemande ou tu es à l'heure si tu as un quart d'heure d'avance, là c'est tu es à l'heure si tu as une demi heure de retard. Mais. Et ça, pour le coup, je ne je ne le conçois pas. C'est à dire que même en Inde, je fais de mon mieux pour. Pour garder cette ponctualité que j'ai appris par le passé, 

 U1 

 13:40 

 être très à l'heure à notre rendez vous. Et je me suis demandé tu vois, je 

 U2 

 13:43 

¬†suis venu quand m√™me. 2s¬†Non, non, √ßa m'arrive d'√™tre un petit peu plus en retard. Plus qu'avant, plus que ma vie, plus qu'avant ma vie indienne. Mais. Mais voil√†, il y a √† prendre et √† laisser des deux c√īt√©s et je pense que c'est important, m√™me si je ne le fais pas assez. Et √ßa, c'est aussi un autre. Un autre truc que j'ai envie de creuser de de te forcer √† avoir de la r√©flexivit√© sur sur ce que tu vis au quotidien ou r√©guli√®rement en tout cas. C'est √† dire que si tu situes, si tu vis ta vie sans te poser et r√©fl√©chir √† √ßa, √ßa c'est pas si vois, abstraire, faire abstraction un peu de ce qui se passe de ta vie. Tu tu n'es pas capable en fait de te rendre compte de toutes les opportunit√©s √† prendre ou √† laisser qui peuvent finalement faire de toi ce que tu vas √™tre dans le futur. Tu les laisses passer, tu r√©fl√©chis pas, tu agis la t√™te dans le guidon et je pense que je pense que tu loupes beaucoup d'√©l√©ments. Si tu. Si tu prends pas, je sais pas le temps de 2s¬†de faire un peu d'√©criture libre une fois de temps en temps, de te dire attends, √ßa, √ßa s'est pass√© hier, j'ai v√©cu √ßa ce matin et d'en tirer un peu des conclusions abstraites et empiriques et qui te permettent d'avancer et de faire sens de ta propre ligne de vie, comme on en parlait tout √† l'heure. Mais tout √† l'heure. Voil√†, je pourquoi¬†

 U1 

 15:06 

 je vais te remettre là dessus? Mais juste par rapport à ça, tu arrives à prendre ces temps de réflexivité 

 U2 

 15:11 

 de plus en plus parce que Parce que 2s j'ai réfléchi sur cette réflexivité et je me suis dit je me rends compte avec le temps d'à quel point elle est importante en fait, cette réflexivité, et je m'en suis rendu compte notamment en essayant à l'écriture. Et c'est pas de l'écriture, c'est de l'écriture gratuite, c'est à dire que c'est pas de l'écriture utilitariste dans le sens je vais poster un je vais, je vais écrire un bouquin ou je vais poster un article sur LinkedIn ou je sais pas quoi. Je trouve que l'écriture libre et désintéressée, 1s que je ne fais pas encore assez souvent, mais de plus en plus, elle a 1s pour avantage d'ancrer ce qui est bordélique dans ton esprit et. 1s Et non seulement elle ancre, mais elle, elle fixe ta mémoire aussi et elle te permet de verbaliser à l'écrit. Et puis après du coup, à l'oral, dans certaines conversations que tu peux avoir avec tes proches, etc. Et c'est très important d'avoir d'avoir ces éléments de langage sur toi même et de pouvoir construire ces conversations. Tu ne les construis que si tu es conscient de ce que tu vis au quotidien. Et je pense que si tu ne prends pas ce temps là, 1s tu n'as pas, tu construis pas ta vie en profondeur, tu laisses passer et quand c'est passé, c'est passé. Ça me fait peur d'ailleurs de penser à ça. C'est à dire que c'est tu, tu tu rates l'occasion de tirer un apprentissage ou une conclusion de ce que tu as fait. Il y en a tous les jours, à chaque, à chaque, à chaque minute que tu as, tu peux tirer quelque chose de ça. C'est vertigineux. Le 

 U1 

 16:54 

 mot de l'opportunité quand 

 U2 

 16:57 

 même. Ouais, exactement. Et pour moi qui. Enfin, je pense que j'ai pas forcément une une mémoire particulièrement puissante. L'écriture est pour le coup un outil très puissant. Si tu veux, si tu veux fixer les choses dans ton esprit. Donc voilà une des autres compétences, une des autres habitudes que j'ai envie de pérenniser. 

 U1 

 17:20 

 J'aurais envie de te poser la question aussi en quoi cette réflexivité a pu te permettre de faire des réorientations ou des choix justement. Mais c'est presque une question en qui est en ligne de mire de peut être toute notre conversation, donc à garder un peu en suspens. Et si on en revient à. Donc tu arrives à Calcutta avec ton stress, ton exigence avec toi même? Et qu'est ce qui se passe à ce moment là? 

 U2 

 17:44 

 Qu'est ce qui se passe? 1s Donc j'arrive, je. Donc je m'essaye à un début de carrière avec au sein du groupe de ma belle famille pour toutes les raisons évoquées plus haut et mais Mais comme je te disais, voilà, je suis consciente. 

 U1 

 18:01 

¬†Encore une fois, je pense que √ßa c'est aussi de la r√©flexivit√©. Se conna√ģtre assez pour se dire que tu as envie de travailler sur ces sujets l√†, que tu es comp√©tente sur ces sujets l√† et que et que tu ne veux pas forc√©ment te disperser. Et donc je suis arriv√©e avec cette clart√© d'esprit de. J'ai √©tudi√©, j'ai travaill√© sur les sujets de d√©veloppement durable et d'innovation sociale. J'ai envie de travailler dans le secteur de l'√©ducation. Donc du coup, √ßa a √©t√© assez clair pour moi dans ma t√™te, notamment parce qu'on m'a aussi donn√© la libert√© et le choix de le faire au sein de Techno India que j'allais prendre cette position. 1s¬†Bon, sur le papier, √ßa a pris la forme de ce directeur de techno indien. Mais cette position d'√™tre un peu la cr√©atrice du d√©partement de d√©veloppement durable de Techno India, finalement, est arriv√©e avec cette clart√©. C'est un petit peu faciliter et acc√©l√©rer les choses et le positionnement, ma positionnement, mon positionnement carri√®re dans ce nouvel environnement. A partir de l√†, et tr√®s rapidement, j'ai d√©couvert l'√©chelle √† l'indienne. C'est √† dire que non, tout est d√©mesur√©.¬†

 U2 

 19:05 

¬†Oh l√† non mais tu sais, toi, tu es all√©e en Inde r√©cemment aussi, mais du coup, tu as peut √™tre compris ces enjeux l√†. Tu arrives avec ton petit √©tat d'esprit √† la fran√ßaise, √† l'europ√©enne, tu d√©barques en Inde et les chiffres sont compl√®tement diff√©rents, les √©chelles sont compl√®tement diff√©rentes, tout est d√©multipli√©. Et donc par exemple, Techno India, on parle d'un groupe de 1s¬†pr√®s de 100‚ÄĮ000 √©tudiants et toi tu arrives comme une petite fleur. 3s¬†Tu arrives comme une petite fleur. Et qu'est ce que je vais faire avec √ßa? Sachant que c'√©tait un groupe dans lequel effectivement on ne parlait pas de d√©veloppement durable? Je commence par o√Ļ? Qu'est ce que je peux faire toute seule? Parce qu'il n'y avait pas d'√©cosyst√®me ou je ne le connaissais pas cet √©cosyst√®me de professionnels qui travaillaient d√©j√† sur ces sujets en local. Et je me suis tr√®s tr√®s rapidement rendu compte, dans une culture qui n'√©tait pas la mienne, dans des politiques internes √† Techno India que je ne comprenais pas, dans une famille qui n'√©tait pas encore, dans laquelle je me sentais pas encore √† 100¬†% √† l'aise, etc. Je me suis dit ouh l√†, aucun moyen que j'y arrive toute seule, Pas possible. Et donc l√†, tu commences √† jouer le jeu de la collaboration et tu te dis ok, il faut que je trouve. Des gens qui parlent la m√™me langue professionnelle que moi et qui comprennent les enjeux de l'environnemental et du social. Et en plus de √ßa, en Inde, tu l'as peut √™tre senti aussi 1s¬†quand tu te concentres sur les enjeux d'enseignement sup√©rieur. C'est pas comme. C'est pas vraiment comme en France et notamment dans les universit√©s tr√®s bien plac√©es en France, mais o√Ļ par exemple, les enjeux c'est √™tre le num√©ro un de la recherche, faire avancer les sujets en Inde. Sais tu si tu suis un enseignement sup√©rieur pour avoir le boulot derri√®re le premier k√©pi de l'enseignement sup√©rieur? C'est ce qu'on appelle le placement. C'est ta capacit√© √† avoir d√©croch√© un emploi qui te permet √† la fois toi, de te p√©renniser mais aussi de faire vivre ta famille. Et √ßa c'est des sujets tr√®s ancr√© en Inde o√Ļ tu as beaucoup encore, ce qu'on appelle des first generation learn, donc des √©tudiants en ce moment en Techno India dont les parents n'ont pas eu d'√©ducation sup√©rieure. 1s¬†Donc les enjeux sont compl√®tement diff√©rents. Et donc si tu veux. 3s¬†Construire ton cas en faveur des carri√®res √† impact, il faut que tu prouves par A plus B aux √©tudiants qui √©tudient maintenant qu'il y a des carri√®res derri√®re √† impact et que non seulement il y en a, mais elle te rapporte un minimum d'argent pour te faire vivre et toi et ta famille. Donc pas facile. Ok, pas facile parce que des carri√®res √† impact c'est pas c'est pas celles qui forc√©ment sont les mieux r√©mun√©r√©s. L'entrepreneuriat social, c'est la gal√®re au d√©but de l'entrepreneuriat de mani√®re g√©n√©rale. Donc c'est pas des c'est pas des chemins de carri√®res √©videntes √† pitcher aux √©tudiants. 1s¬†Et donc j'avais √ßa √† pitcher et je ne peux rien faire seul. En fait, je me suis rapidement dit qu'il fallait que je structure le r√©seau. Un r√©seau de professionnel qui qui me qui me permettrait de livrer une preuve directe et charnelle de. Tu vois, il y a des professionnels qui en font leur carri√®re. Et donc j'ai. 1s¬†J'ai co-fond√© une entreprise sociale qui s'appelle Why. 1s¬†Il y a cinq ans, donc peut √™tre quatre ou cinq mois apr√®s mon arriv√©e √† Calcutta 1s¬†qui faisait exactement √ßa. C'est √† dire que maintenant, c'est un r√©seau de 200 organisations 1s¬†dans l'est de l'Inde, dont. D'o√Ļ le nom Waste, parce que je voulais vraiment que √ßa s'ancre dans East India, dans l'Inde de l'Est. 2s¬†Et qui maintenant rassemble 200 organisations et avec lesquelles on joue des synergies, notamment avec Techno India, et avec lesquelles je peux effectivement faire √©merger certaines, un certain nombre d'expertise 2s¬†au b√©n√©fice des √©tudiants gr√Ęce √† ce r√©seau. Voil√† donc j'ai pass√© trop de temps encore. Mais √ßa, c'√©tait √ßa a √©t√© ma vie √† Calcutta pendant ces cinq derni√®res ann√©es, √ßa a √©t√© jongler entre des responsabilit√©s √† Techno India et la responsabilit√© en tant que entrepreneur social que j'avais prise avec moi en cr√©ant ici. 2s¬†Donc √ßa, √ßa a √©t√© le chemin sur ces cinq derni√®res ann√©es. Entre temps, il y a eu la pand√©mie et pendant la pand√©mie, un peu. C'√©tait une sorte de temps d'arr√™t o√Ļ on sortait plus de chez nous 2s¬†et. Et du coup, c'√©tait aussi le moment o√Ļ j'avais envie de me rapprocher √† nouveau des r√©seaux fran√ßais et de l√† o√Ļ je veux, de l√† o√Ļ je venais finalement. Donc j'ai pris un emploi √† temps partiel, √† distance, avec une organisation √† Paris qui s'appelle The Learning Planet Institute, via lequel on se conna√ģt et via lequel on se conna√ģt. Donc voil√†, j'√©tais √† distance, je travaillais √† hauteur de un jour et demi de jour par semaine pour eux. √áa m'a fait vraiment 1s¬†remettre un pied dans les √©cosyst√®mes du secteur de l'√©ducation en France, puisqu'en fait, The Learning Planet Institute, anciennement appel√© le CRI, le Centre de recherche interdisciplinaire est une organisation. C'est une ONG, une association absolument magnifique qui 1s¬†qui se centre en termes d'√©ducation, de recherche et d'entrepreneuriat sur les sujets 1s¬†notamment des sciences, de l'apprentissage et de l'√©ducation. Et et j'y ai anim√© une une communaut√© d'organisations au niveau mondial qui se concentrait et qui se concentrait sur les sujets d'√©ducation au d√©veloppement durable. Donc, en fait, il y avait beaucoup de connexions entre ce que je faisais avec Waste pour la mise en r√©seau de ces organisations dans l'est de l'Inde et ce que je faisais avec Learning Planet pour la mise en r√©seau et l'animation de communaut√©s de cet de ce r√©seau l√†. 1s¬†Donc √ßa, √ßa a √©t√© un peu √ßa pendant deux, trois ans. Et apr√®s, comme on en parlait tout √† l'heure. Grosse surprise alors que je pensais que voil√† qu'on allait vivre √† Calcutta pour le reste de nos jours. Et j'avais. J'avais compl√®tement accept√© cette r√©alit√©. Et avec un peu de temps bien s√Ľr, apr√®s cette transition un petit peu, un peu longue, 2s¬†je me sens. Je me sens comme √† la maison √† Calcutta. Je pense que √ßa m'a aussi ouvert les yeux sur le fait qu'on est. On est des des cr√©atures qui s'adaptent et qui peuvent s'adapter √† beaucoup de choses. √áa prend du temps. Il faut √™tre patient avec soi m√™me. Mais mais finalement. Et puis et puis l'Inde, tu y es all√©. Mais en termes de, en termes d'accueil et en termes de, en termes d'apprentissage de la culture, c'est tr√®s, tr√®s, tr√®s riche. Donc, il y a beaucoup de choses √† apprendre et beaucoup de chance de d√©couvrir cette culture l√† et d'y vivre, d'y vivre. Avant que j'oublie, je te donne une petite citation d'un ami qui s'appelle Oscar Oscar et 2s¬†il a 18 ans. C'est le fils de deux amis. 1s¬†Lui est bengali et elle est fran√ßaise, donc le m√™me sch√©ma que mes deux t√©moins et Oscar. Donc leur premier fils m'a dit un jour je lui demandais Mais toi alors Oscar, 1s¬†fils d'un bengali et d'une fran√ßaise, tu te sens plus fran√ßais ou bengali? Et il m'a dit mais tu sais quoi? Je me sens 100¬†% bengali et 100¬†% fran√ßais √† Amen. Mais c'est un peu √ßa. C'est √† dire? Encore une fois,¬†

 U1 

 26:34 

 c'est pas la dualité, c'est l'union. Exactement, pas le blanc et le noir, c'est le c'est le. C'est le melting pot, c'est le c'est le, c'est la nuance. C'est la rencontre des deux qui fait son qui fait le 200 % en fait. Bref, c'était beau. Et 300, peut être même 

 U2 

 26:51 

¬†300. Et au del√†? Exactement. H√© h√© h√©! J'en √©tais o√Ļ?¬†

 U1 

 26:57 

 Donc, Oscar, qu'est ce qu'il te dit 

 U2 

 26:58 

¬†Oscar? Il me dit 100¬†% en fran√ßais. Donc c'est exactement la mani√®re. 1s¬†Je pense que je ressens un peu la m√™me chose, c'est √† dire que je me sens √† la maison aussi bien en France qu'√† Calcutta. Apr√®s, apr√®s cette transition, encore une fois, il y aura toujours une transition si tu oses changer de vie ou d'environnement. Sois patient avec toi m√™me parce que c'est normal qu'il y ait une sorte de moment, de temps, d'adaptation o√Ļ tu te toi, tu, tu te cherches √† nouveau dans des circonstances nouvelles, c'est normal. Mais maintenant, voil√†, je suis tout √† fait √† l'aise dans les deux, dans les deux environnements. Et donc donc j'avais fait un petit peu ma. 1s¬†J'avais compl√®tement accept√© le fait de vivre √† Calcutta sur le long terme et c'est mon mari mec qui m'a qui m'a surprise assez r√©cemment en me disant qu'il voulait. Il envisageait de sortir un peu de la bulle professionnelle de Calcutta et de son chemin tout trac√©, h√©ritier de Techno India et qui voulait se remettre au d√©fi en revenant en Europe, au moins temporairement. Et donc c'est pour √ßa qu'on est. On est l√† en ce moment. Je ne sais pas exactement combien de temps on y sera. Toujours est il qu'on est revenu de Calcutta en France, il y a quatre quatre mois √† peu pr√®s 1s¬†que maintenant je travaille en tant que directrice ex√©cutive, donc du Master SASI par lequel je suis pass√© moi m√™me il y a quelques ann√©es. Et donc je serai sur ce poste jusqu'√† janvier et apr√®s? Je sais Paris je sais et apr√®s c'est l'inconnu. Et je pense que si je n'avais pas pass√© cinq ans √† Calcutta. Cet inconnu apr√®s janvier √† relativement court terme du coup m'aurait stress√©e parce que 1s¬†deux personnalit√©s de culture. Je suis quelqu'un d'assez structur√© qui a besoin de stabilit√©, de visibilit√©, etc. Et maintenant c'est plus de la peur de l'inconnu, c'est de la, c'est de l'enthousiasme, enfin de l'excitation par rapport √† l'inconnu. Tu sais quoi? En janvier, on sait pas, on sait pas ce qui va se passer apr√®s, √ßa d√©pendra des opportunit√©s que moi je peux trouver, des opportunit√©s que McDo pourra trouver. Mais on sait pas ce qui se passe apr√®s janvier. Et finalement c'est c'est super parce que tout est possible, tu vois, Ne pas ne pas √™tre compl√®tement enferm√© dans une carri√®re ou dans une organisation o√Ļ tu te dis j'y serai depuis dix ans, enfin pendant dix ans et c'est tr√®s bien situ√© au sein d'une organisation qui te plait. Mais le fait 1s¬†d'avoir la possibilit√© de bouger, de se donner cette possibilit√© l√† aussi, de se dire tu sais quoi? J'ai ador√© cette p√©riode l√†, il est peut √™tre temps de bouger ou peut √™tre temps de d√©couvrir autre chose. C'est une chance en fait, plus que √ßa ne devrait √™tre une peur. Mais. Mais √ßa, je ne t'aurais pas dit √ßa il y a cinq ans, C'est s√Ľr,¬†

 U1 

 29:54 

¬†C'est une chance plut√īt que √ßa ne devrait √™tre une peur. Peut √™tre que c'est une chance dans la peur aussi. Voil√†. Si on revient sur cette id√©e d'union, ne plus avoir peur de l'inconnu, c'est un vrai sujet pour moi. L'inconnu, j'en fais un objet d'√©tude m√™me l'inconnu, le rapport √† l'inconnu, la peur de l'inconnu. Peut √™tre qu'elle est savoureuse aussi cette peur, et que c'est pas forc√©ment la joie, la peur, mais c'est presque de la joie dans de la peur, peut √™tre. Exactement. Et c'√©tait un petit peu ce m√™me saut l√†. Quand. Quand j'ai d√©cid√© de d√©m√©nager √† Calcutta, je connaissais pas. J'√©tais all√©e une fois en Inde, mais je ne connaissais pas plus que √ßa. Et l√†, c'√©tait vraiment l'inconnu parce que je connaissais personne. Enfin vraiment, c'√©tait. Tu mets 25 ann√©es derri√®re toi et tu reconstruis tout. Et j'avais. J'avais h√Ęte. En fait, j'avais peur, mais j'avais. Voil√†, c'est encore une fois, c'est pas. Les deux se m√™lent en parall√®le. J'avais peur, mais j'avais h√Ęte parce que j'avais aussi une autre peur, c'√©tait de rester dans le m√©tro boulot dodo parisien. Et encore une fois, en parall√®le, tu cette chance de dire ah, je vais peut √™tre avoir cette chance de construire une une ligne de vie plus originale que ce √† quoi j'ai √©t√© appel√© et √ßa m'a plu.¬†

 U2 

 31:16 

 Et pareil, tu le sens chez mes parents aussi, c'est les émotions, C'est vraiment des émotions parallèles et parfois paradoxales en même temps. 1s Quand j'entends maman par exemple. 2s Discuter avec avec des amis à elle et parler de ses enfants 1s à la fois. Effectivement, elle, elle peut être triste que quand soit aussi loin, mais il y a une sorte de bonheur et de fierté à a dit elle a fait ça et je sais pas comment dire. Très 

 U1 

 31:49 

 bien, ça parlera 2s peut être à plein d'autres parents. Oui, et 1s voilà, La peur se mêle à l'excitation, la tristesse se mêle à la fierté. Je pense qu'il faut encore une fois être être dans la réflexivité de cette émotion là et te dire que c'est ok de ressentir les deux en même temps. Et c'est peut être sain aussi d'avoir cet équilibre des émotions là. Et donc tu me dis en janvier tu sais pas, tu sais pas ce qui se dit, ce qui se passera, 

 U2 

 32:19 

¬†mais c'est un canevas compl√®tement ouvert en terme de possibilit√©s. 1s¬†Et √ßa, c'est √ßa, c'est plut√īt¬†

 U1 

 32:25 

¬†cool. Donc √ßa, c'est la prochaine √©tape. Et dans celle actuelle, il y a le retour en France. Et donc tu √©voquais la n√©cessit√© d'adaptation Quand tu arrives dans une nouvelle culture en Inde, donc tu viens ajouter un autre 100¬†% √† ta culture fran√ßaise. L√† tu reviens apr√®s cinq ans, m√™me si tu as eu un lien fort, pro et perso. Mais il y a une r√©adaptation √† faire, un milieu qui est cens√© √™tre le n√ītre, donc il y a peut √™tre quelque chose d'ambigu aussi dans ce retour. Comment tu le vis toi, ce¬†

 U2 

 32:55 

¬†retour? Alors il y a deux choses dont j'ai envie de parler l√†. La premi√®re, c'est. 4s¬†Apprendre, apprendre et r√©apprendre √† se conna√ģtre au fur et √† mesure. C'est √† dire que. Un peu par hasard, je me suis retrouv√©e entrepreneure √† la t√™te de West √† Calcutta. 2s¬†Je n'avais pas forc√©ment pr√©m√©dit√©. Je m'√©tais jamais dit je veux √™tre, je veux entreprendre. C'√©tait vraiment un besoin, le besoin de cr√©er ce r√©seau qui allait m'aider √†. 2s¬†√Ä remplir ma mission professionnelle, notamment au sein de Techno India. Et donc je suis un peu devenue entrepreneure par hasard. Spontan√©ment, par d√©faut, par besoin. 2s¬†Et au bout d'un certain temps, j'ai ador√© et j'adore toujours parce qu'on le voit, il continue d'exister. Il y a une de mes coll√®gues qui a un peu repris la main en mon absence pendant que je suis que je suis en France. 2s¬†Mais voil√†. R√©apprendre √† apprendre √† conna√ģtre son nouveau Soi. Parce que tu continues, tu changes en permanence. 1s¬†Avoir cette r√©flexivit√© de te dire Ok, bon, j'ai. √áa fait cinq ans que j'entreprends avec toi ici. Qu'est ce que j'ai aim√©? Est ce que je suis comp√©tente? Qu'est ce qui? Qu'est ce qui s'est bien pass√©? Qu'est ce qui s'est mal pass√© et qu'est ce qui aurait pu? Qu'est ce que. Qu'est ce qui me manque pour pour aller au del√†? Voil√† toutes ces questions. C'est bien de faire le bilan. J'en reviens √† mon p√®re qui a chaque fois qu'il en a l'opportunit√© et qu'on se retrouve √† un d√ģner ou √† un moment en famille, il dit Allez les cocos, c'est l'heure du bilan. Et l√† je vous pose des questions¬†

 U1 

 34:43 

 genre 

 U2 

 34:44 

¬†oh ben c'est √ßa d√©pend des circonstances, mais c'est bon alors Pauline. 1s¬†Comment √ßa se passe ces deux premi√®res semaines de retour √† HC? C'est quoi tes grandes conclusions et tes grands apprentissages? Qu'est ce que t'a appris cette semaine Arnaud? Et enfin, tu vois le p√®re avec un p√®re? Exactement. 1s¬†Et il faudrait que tu le rencontres, h√© h√© h√© Oui. Et donc avoir cette r√©flexivit√© l√†, faire le bilan, pouvoir faire le bilan de cette de cette exp√©rience √† Hawa√Į aussi. Et je me suis rendu compte en faisant ce bilan que je pense que professionnellement je suis plus adapt√©e et plus comp√©tente au sein d'une¬†

 U1 

 35:26 

¬†structure, d'une structure. J'avais, j'avais l'envie et le besoin de me placer au sein d'une structure avec une strat√©gie d√©j√† en place, avec avec mes coll√®gues. Oui, effectivement, c'est c'est une organisation en soi. Mais je sais, c'est moi qui prends toutes les d√©cisions strat√©giques, c'est une petite √©quipe et donc. Et donc c'est vraiment des natures de job tr√®s diff√©rents, de se retrouver √† HEC, c'est √† peu pr√®s 800 collaborateurs. Si tu comptes l'ensemble des collaborateurs plus plus professeurs, etc. 1s¬†C'est une organisation qui qui, qui est assez, qui qui date un peu, qui est d√©j√† tr√®s tr√®s bien structur√©e. Et je savais, j'avais le besoin de retrouver cette structure l√†. Donc savoir aussi parler, tu vois, quand tu commences √† √™tre entrepreneur, faire le bilan de temps en temps et se dire est ce que j'y suis bien? Est ce que je ne passerai pas la main? Est ce que je me ferai pas une pause pour revenir mieux? Enfin voil√†, il y a toutes ces questions l√† et √† ce moment l√†, en m'√©coutant, j'avais vraiment le besoin de retrouver une grosse, une assez grosse structure avec des responsabilit√©s tr√®s claires. 2s¬†Et en fait, il y a eu cette opportunit√©. Encore une fois, le timing √©tait incroyable. Cette opportunit√© de prendre ce poste jusqu'√† jusqu'√† janvier √† la direction ex√©cutive d'un master que j'avais tant aim√©. 1s¬†Et l√†, je m'√©clate. Enfin, j'aime beaucoup. Voil√†. Donc est ce que apr√®s √ßa, est ce que je resterai √† acheter? Est ce que je reviendrai et je continuerai √† m'occuper de moi ici? Est ce qu'on va s'installer ailleurs? Vraiment? En janvier ou janvier f√©vrier, tout est possible. Quoi? Je ne sais pas. Mais voil√†, je pense apprendre √† conna√ģtre son nouveau soi r√©guli√®rement, parce qu'on change en fait. Et non seulement on change, mais selon selon les √©tapes de vie. Tu as des besoins diff√©rents √† diff√©rents moments et savoir prendre ses d√©cisions par rapport √† √ßa. Donc il y avait √ßa dont je voulais parler par rapport √† la r√©adaptation en France et il y avait Donc √ßa, c'est un peu plus au niveau professionnel, donc √ßa se passe bien. Et je me sens. Parce que, bon, j'ai √©t√© √©lev√© en France aussi, donc je me sens un petit peu plus comme un poisson dans l'eau. Professeur Avec cette culture professionnelle en France donc la r√©adaptation s'est bien pass√©e. Et apr√®s tu as une r√©adaptation personnelle aussi au niveau personnel, au niveau familial. Ouh 1s¬†l√†, √ßa se passe bien aussi. Mais. Mais pareil, c'est pas √©vident parce que on est √† l'√Ęge donc mes parents. Ensuite, on est trois fr√®res et soeurs. 2s¬†Et on a maintenant un peu de ce qu'on a. On a un peu toutes nos pi√®ces jointes, c'est √† dire que moi je suis mari√© √† Mac Do. Ma sŇďur a son copain depuis tr√®s longtemps, mon fr√®re a une copine aussi donc. Donc en fait c'est une sorte de. C'est m√™me pas li√© au fait que MacDo soit indien ou pas. C'est √† dire qu'on mixe un certain nombre de culture familiale diff√©rentes, de personnalit√©s diff√©rentes. Et c'est un. C'est un nouveau paradigme familial en fait, o√Ļ il faut, il faut apprendre √† accueillir de nouvelles personnalit√©s, √† faire avec les diff√©rences. Ah, tu vois, par exemple, on se faisait la r√©flexion il n'y a pas tr√®s longtemps. On a eu certains moments tous en famille ces derniers temps et il y a beaucoup de. Il y a beaucoup de diff√©rences entre √† la fois les personnalit√©s qui se sont rajout√©es √† la famille et les identit√©s de couple aussi, qui se sont form√©es 1s¬†et. Et c'est un mot qui semble bateau mais qui a pris un peu plus de sens, en tout cas dans dans ces circonstances, ces derniers temps, c'est le mot de tol√©rance et le fait de joie d'accepter la diff√©rence sans sans apporter cette couche de jugement n√©gatif 1s¬†qui peut √™tre parfois tr√®s fran√ßais sans faire des g√©n√©ralisations. 2s¬†Et donc √ßa, c'est un petit peu pi√©geux. Il faut apprendre un peu √† naviguer ces nouvelles donn√©es familiales. 2s¬†Et je suis en plein dedans, l√†. Mais, mais √ßa va encore une fois, apprendre √† √™tre patient √† la fois, √† √™tre patient avec ce processus d'adaptation et et¬†

 U2 

 39:49 

 savoir encore une fois se remettre en question, bouger et être assez flexible pour pouvoir accueillir ces nouvelles données de vie. En fait, 

 U1 

 39:58 

¬†je comprends tr√®s bien ce que tu veux dire. C'est 1s¬†de go√Ľter 1s¬†√† l'international, √† la fronti√®re de la rencontre des cultures, √† une forme de tol√©rance qui est presque surprenante quand on ne la conna√ģt pas. Et revenir dans quelque chose qui peut √™tre brutal parfois. Et peut √™tre que le Graal de la tol√©rance, c'est peut √™tre de tol√©rer l'intol√©rance. Oui, c'est vrai. Ouais, ouais, ouais, il est dur celui l√†. Mais oui, c'est √ßa, c'est √ßa. Exactement. Et et √ßa, c'est montrer un petit peu plus ces derniers temps, parce qu'on sait, on s'est r√©install√© ici, donc on est plus en contact avec avec ma famille, pour une fois, 2s¬†parce que ces cinq derni√®res ann√©es, c'√©tait plut√īt √† moi d'aller faire les efforts d'int√©gration et √† la famille de Megadeth aussi d'aller faire les efforts, de m'int√©grer alors que j'√©tais tr√®s diff√©rente. L√†, c'est un peu un peu l'inverse qui se passe avec avec. Vivre avec un Indien et vivre avec un Fran√ßais, c'est pas la m√™me chose, c'est pas les m√™mes habitudes de vie, c'est pas les m√™mes r√©flexes au quotidien, c'est pas. Donc c'est deux deux langages diff√©rents. M√™me si Megadeth parle bien fran√ßais, c'est pas une question de langage linguistique, c'est une question de compr√©hension des comportements et de tol√©rance des comportements. Donc c'est des probl√©matiques que l√† je d√©couvre un petit peu de mani√®re tr√®s concr√®te, mais c'est bien, c'est sain de passer par ces par ces moments l√†, parce qu'encore une fois, dans la r√©flexivit√©, dans le dialogue, dans la communication avec les membres de ta famille, tu, tu, tu sens que tu avances. Hier soir, j'ai eu ce genre de conversation avec avec mon fr√®re et sans cette conversation l√†, je pense que enfin, elle √©tait. Elle √©tait fondamentale cette conversation et elle est n√©e de moments un peu difficiles, enfin pas forc√©ment tr√®s confortables. De ces derniers temps en est n√©e cette conversation r√©flexive et et qui a amen√© beaucoup d'apprentissages et de conclusions. Et je pense qu'√† partir de l√†, on ne peut qu'avancer en s'en parlant. 2s¬†Il y a une des probl√©matiques dont 1s¬†je lis un petit peu dessus aussi, et c'est une des probl√©matiques qui est ch√®re √† mon p√®re aussi. Donc on en parle beaucoup, c'est la probl√©matique de l'√©chec et le fait que bon, tu peux prendre soit l'√©chec, soit la difficult√©, un peu comme r√©f√©rence, mais c'est vrai et je l'ai ressenti.¬†

 U2 

 42:17 

 Ces dernières années. 2s Tu n'apprends pas. Pas grand chose du succès en fait, et c'est les moments de difficultés et potentiellement d'échec qui te quittent, qui te questionnent, qui te font te questionner et qui te font avancer. Tu apprends beaucoup plus en fait de la mise en difficulté que de la mise en succès. 1s Et donc, même si ce n'est pas évident sur le moment, 1s tu sens que tu apprends, tu sens que tu avances et tu sens que tu grandis en sagesse aussi. Mais si ces moments un peu difficiles n'ont pas lieu, et bien c'est une opportunité d'apprentissage perdue en fait. Voilà, 

 U1 

 42:52 

 c'est 2s ça amène sur une autre porte. Mais 

 U2 

 42:56 

¬†qu'on. 2s¬†Enfin, juste je te l'√©nonce une r√©flexion que j'ai sur. Effectivement, on apprend dans la difficult√© √† quel point quand l'opportunit√© d'apprentissage de la difficult√© appara√ģt, on la prend, consciemment¬†

 U1 

 43:09 

 ou pas. Tu vois ça c'est une vraie réflexion que j'ai 

 U2 

 43:12 

 complètement. Ouais, encore une fois, la nécessité de si ce n'est écrire. Peut être qu'il y a d'autres voies, d'autres techniques, il y a peut être d'autres méthodes qui marchent pour différentes personnes. Mais je pense que, que ce soit l'écriture ou le fait de ou la méditation, ou le fait de se poser en silence, on ne le fait plus. Mais prendre ne serait ce que cinq minutes en fin de journée et se dire qu'est ce que j'ai vécu aujourd'hui? Qu'est ce que j'ai appris? Qu'est ce qui était dur? Qu'est ce qui était facile? Enfin, ces grandes questions on ne prend plus la peine de se les poser et je pense qu'elles sont tellement riches que j'essaie de plus en plus de le faire aussi. Mais moi, ça prend un peu plus la forme de l'écriture quand? Quand j'en ai le 

 U1 

 43:49 

 temps. 1s C'est marrant quand tu parles, tu dis beaucoup de tu et on. Et je suis en train de m'imaginer te réécouter. C'est comme si tu te parlais à toi même. Tu vois, c'est marrant d'utiliser le tu dans un podcast justement à cette fin là pour que ça vienne parler à celui qui écoute aussi finalement. 

 U2 

 44:09 

¬†Sur ce sujet, c'est aussi une autre, une autre diff√©rence culturelle que j'ai remarqu√©e. 1s¬†Alors √ßa se voit √† travers mes doutes et moi. Mais du coup je pense que √ßa se voit aussi de mani√®re plus g√©n√©rale culturellement France versus Inde. 2s¬†La capacit√© √† parler de soi. 2s¬†Il y a toujours cette esp√®ce de timidit√© ou d'humilit√© culturelle en France qui fait que tu ne prends pas trop d'espace, tu as du mal √† te mettre en avant et √©videmment, il ne faut pas que tu le fasses √† l'extr√™me dans tous les cas, parce que tu voudrais pas tomber dans l'arrogance ou ou la n√©gligence de l'autre. Tu veux vraiment la culture fran√ßaise te t'invite plut√īt √† donner l'espace aux autres plut√īt que de prendre l'espace toi. Et en Inde, c'est un peu l'inverse. C'est √† dire que c'est. Alors d'o√Ļ est ce que √ßa vient? Et je pense qu'il y a plusieurs facteurs. Mais le fait qu'effectivement il faut que tu tires un peu plus ton √©pingle du jeu, il y a tellement de personnes et de concurrence l√† bas. C'est une culture qui est encore tr√®s concurrentiel et c'est pas la seule culture √† √™tre concurrentielle par ailleurs. Mais tu dois tirer son √©pingle du jeu. Tu dois, comme on dit en anglais stand out, te sortir la t√™te du lot 1s¬†pour pouvoir, pour pouvoir avoir cet espace d'expression et cette et ce succ√®s relatif entre guillemets, qui est pas forc√©ment tr√®s sain. Mais toujours est il que, on le voit avec mes doutes et moi je suis fran√ßaise, je viens de cette culture qui qui a fait de moi quelqu'un de relativement 1s¬†timide √† ne pas forc√©ment oser me mettre trop en avant, √† donner un espace assez assez √©quitable √† tous ceux qui le partage avec moi et mes doutes. Et il y a des pour et des contre dans les deux sens. Pas de pas de jugement l√† dessus, mais d'autres m'a appris aussi. Il prend beaucoup d'espace, il est plus grand que la ville et il est. Il parle beaucoup de lui. Il est. C'est un storyteller n√©. Et c'est ce dont je parlais tout √† l'heure, c'est que oui, bien s√Ľr, il est amen√© √† parler de lui m√™me de temps en temps, mais √ßa, √ßa lui a 1s¬†fait grandir en lui des comp√©tences hyper transverses de. De savoir convaincre, de savoir aussi prendre l'espace quand c'est n√©cessaire, tu vois et quand et quand tu parles de sujet sur l'impact social et environnemental. 1s¬†Il y a un moment o√Ļ il faut prendre la parole, il faut te positionner, il faut oser s'exprimer, il faut Et donc. Et donc il m'a toujours encourag√© √†. 1s¬†Plus que je ne l'aurais fait spontan√©ment moi m√™me √† a exprimer cette histoire de vie qui est la mienne, qui est potentiellement relativement int√©ressante pour certains. Je ne sais pas, 2s¬†alors que spontan√©ment je ne l'aurais pas fait, tu vois. Et et l'Inde m'a offert beaucoup de ces opportunit√©s. Calcutta de de partager, de faire part d'un t√©moignage. Et je pense que aussi bien l'√©criture, le fait de faire ce qu'on fait exactement l√† avec toi aujourd'hui, de de verbaliser qui tu es, ce que tu fais, pourquoi tu le fais. Si tu ne fais pas ce boulot l√†, tu mettras pas les mots dessus et tu le conscientise pas. 1s¬†Donc il y a des pour et des contre. Mais voil√†, tu prends tu? Tu trouves encore une fois le la nuance, l'entre deux. Tu t'√©loignes du blanc et du noir, des extr√™mes 1s¬†et tu te construis.¬†

 U1 

 47:42 

 Et donc, sur le fait de porter sa voix, porter un message. Quel est le message que tu as envie de porter, toi? 

 U2 

 47:50 

 Très bonne question. Il y en a, il y en a de nombreux qu'on pourrait porter sur ces sujets là. Après, il faut. Alors je te partage quelque chose qui est un peu 1s un peu délicat à porter 2s à l'intérieur, c'est quand tu travailles sur des sujets sociaux et environnementaux, 1s tu es amené à réfléchir à ton empreinte carbone et par la nature de mes choix, notamment familiaux et par mariage, je vis entre deux continents. Ce qui m'amène à devoir. 

 U1 

 48:24 

 Prendre l'avion 

 U2 

 48:26 

¬†beaucoup plus que je ne le voudrais. Et c'est une dissonance cognitive avec laquelle il va falloir que j'apprenne √† vivre. 1s¬†Et il faut que je trouve un moyen de minimiser ces allers retours tout en. 1s¬†Tout envoie tout en rendant visite √† mes deux familles entre guillemets. Donc √ßa c'est. Voil√†, c'√©tait une r√©alisation sur le tard que je n'avais pas forc√©ment anticip√© au moment de faire certaines d√©cisions de couple peut √™tre. 1s¬†L√† o√Ļ je veux en venir, c'est que, encore une fois, il faut montrer de la r√©flexivit√© par rapport au message que tu es, pour lequel tu es le plus pertinent. Et √ßa c'est vraiment hyper personnel parce que chacun a des exp√©riences tr√®s diff√©rentes et il y a des messages 1s¬†pour lesquels tu vas √™tre compl√®tement l√©gitime et il y en a d'autres, √ßa doit pas √™tre les tiens, m√™me si tu y crois, m√™me si tu es convaincu que c'est que c'est la v√©rit√© et que tu peux les faire passer en mineur. Mais. Mais ton message principal, il doit √™tre en accord avec avec tes actions, avec ta ligne de vie, avec tes choix personnels et professionnels. Parce que tu peux pas. 2s¬†Id√©alement, 2s¬†ton message et tes actions sont align√©es et donc c'est pour √ßa que j'essaie toujours de de. 1s¬†De r√©fl√©chir avant de parler. Parce que de part de part ma vie personnelle 2s¬†et il y a beaucoup de d√©bats l√† dessus en France notamment. La France est le pays du flight shaming, comme on l'appelle en Inde, c'est l'inverse. C'est √† dire que plus tu prends l'avion en Inde, plus tu vas peut √™tre b√©n√©ficier. En tout cas, maintenant, je pense que √ßa va changer avec le temps. Mais plus tu vas b√©n√©ficier d'un prestige social et professionnel, du fait que tu peux prendre l'avion, tu peux voyager, tu peux aller dans diff√©rentes villes du pays, aller √† l'international, ce qui est quelque chose de beaucoup mis en valeur dans la culture indienne. Donc c'est comment? Comment est ce que tu trouves ton √©quilibre entre ces deux messages l√† et ces deux cultures l√†? C'est un peu le bazar. 2s¬†Toujours est il que mon message cl√©, 1s¬†et c'est aussi pour √ßa que j'ai choisi de travailler dans le secteur de l'√©ducation, c'est d'essayer d'amener chacun et chacune √©tudiante le plus t√īt possible. L'√©tudiant 1s¬†√† justement √™tre tr√®s r√©fl√©chi par rapport √† ses choix de carri√®re. 2s¬†Et. Et d'ailleurs, il y a quelques temps, 1s¬†pendant la pand√©mie, je crois que c'√©tait¬†

 U1 

 50:54 

¬†pareil. J'avais un peu plus de temps et je me suis mis √† penser √† ce qu'on appelle les. Donc les 17 Objectifs du d√©veloppement durable ou les SDG Sustainable Development Goals en anglais. 2s¬†Je me suis dit ils sont, ils sont pratiques et pas pratiques √† la fois ces ODD, parce que c'est tr√®s bien. Ils ils donnent une vision 1s¬†collective et permettent d'aligner beaucoup d'individus et d'organisations via ce m√™me, ce m√™me cadre l√†. Cette m√™me ligne d'action, et par l√† m√™me, du coup, est tr√®s, tr√®s utile, mais au niveau individuel, tr√®s peu 1s¬†actionnable, tr√®s peu traduisible sur OK, tu as dit au DD num√©ro un? 2s¬†No Poverty. Num√©ro deux z√©ro num√©ro trois Good health and Wellbeing Bond num√©ro quatre, Quality Education C√©dez. C'est des √©normes sujets qui te disent rien sur comment est ce que toi tu peux activer et tu peux agir en faveur de ces objectifs. 2s¬†Et donc je pense que mon message est il est un peu l√† et mon travail aussi, c'est que je me suis dit OK, comment, comment est ce qu'on fait pour faire passer pour? Pour rendre plus activable cette vision g√©n√©rale au niveau individuel et √ßa m'a amen√© √† cr√©er deux deux cadres compl√©mentaires aux OD. Donc les OD, donc c'est les SDJ. 2s¬†Ensuite, j'ai sur la sur le m√™me mod√®le compl√©menter les SDJ par les SDF. Donc Fields et les S10 1s¬†ont un tr√®s tr√®s gros. 2s¬†√áa dit que les OD c'est 2s¬†√ßa. T'as envie finalement √† te positionner par rapport aux causes qui te tiennent √† cŇďur. Est ce que tu es plus int√©ress√©?¬†

 U2 

 52:54 

¬†Par la pauvret√© et la r√©duction de la pauvret√©. Est ce que tu es plus int√©ress√© par l'action climatique? Est ce que tu es plus int√©ress√© par la r√©duction des in√©galit√©s sociales? Est ce que tu es plus int√©ress√© par l'√©galit√© des genres? Encore une fois, on revient √† cette id√©e de ces d√©fis sociaux et environnementaux. C'est un jeu d'√©quipe et tu ne peux pas. Tu ne peux pas te positionner sur les 17 Odd en tant que personne unique, c'est pas possible. Donc Odd, quels sont peut √™tre les un deux, top trois Odd qui te tiennent √† cŇďur? Qui te parle? Pourquoi? Parce que je ne sais pas si tu as une exp√©rience personnelle qui te relie √† l'un d'eux. Soit tu es vraiment attir√© par int√©r√™t et passion par l'un d'eux, ou un ou deux ou trois. Le deuxi√®me cadre, les fields SDF, c'est vraiment. En fait, c'est une liste de 17 secteurs. C'est vraiment tr√®s tr√®s bateau, tr√®s basique. 1s¬†Tu vois, tu as le secteur de la du textile et de la mode, tu as le secteur des √©nergies, tu as le secteur du tourisme, tu as le secteur de la pharma, enfin tu vois, tu as tout un tas de secteurs. Quel est ton secteur √† toi ou le top de top trois des secteurs qui toi t'int√©resse, dans lequel tu as envie de faire grandir tes comp√©tences? Et du coup potentiellement l√† o√Ļ tu veux venir te positionner professionnellement. Donc alors que le. Alors que les OD c'est le c'est ton Why, c'est ton pourquoi les fields, les secteurs c'est ton o√Ļ et les se disent. Donc les enabled c'est ton, c'est le moyen, c'est ton how, c'est ton comment. Et en fait, les 17 17 leviers d'action, par exemple 2s¬†la neuroscience et la psychologie, l'entrepreneuriat et l'innovation, 1s¬†les mouvements citoyens et les communaut√©s, les les cadres l√©gaux et judiciaires, enfin tous les leviers d'action qui peuvent te permettre potentiellement dans le secteur, dans tes secteurs de choix, de contribuer √† la r√©alisation des ODD.¬†

 U1 

 54:51 

 Là, ce que tu as formalisé, tu l'as fait dans le cadre de ta nouvelle prise de fonction. Tu l'avais déjà fait. 

 U2 

 54:56 

 Personnellement, j'étais Non, c'était en Ça devait être en 2010. J'ai pas envie de dire des bêtises, ça devait être en 2020, quelque chose comme ça. C'est un 

 U1 

 55:07 

 truc qu'on peut partager avec les auditeurs. Je me dis que ça pourrait intéresser beaucoup de personnes. 

 U2 

 55:12 

 Ouais, avec plaisir. Je t'enverrai la référence. Et à partir de ce moment là, invité parce qu'il y a beaucoup de personnes 

 U1 

 55:19 

¬†qui essaient de me contacter, qui qui me contactent et qui me disent bon, moi je fais √ßa, je suis √©tudiante ou jeune professionnelle et j'ai envie de me reconvertir dans le d√©veloppement durable. Et mon message c'est tu peux le faire, peu importe o√Ļ tu es, que tu sois, que tu fasses de l'audit ou que tu fasses, que tu sois en ressources humaines ou que tu sois dans l'√©ducation, ou que tu sois √† la strat√©gie ou que tu sois √† la supply chain, tu as toujours des moyens de rendre ta position et ton secteur plus durable, plus √† la fois plus durable, environnementalement et plus inclusif socialement parlant. Et, et je pense que c'est encore une fois √ßa, √ßa vient aussi, toutes ces r√©flexions, elles viennent du fait que je suis pass√©e par une √©cole de commerce et je trouve qu'il y a ce qu'on pourrait appeler le syndrome de l'√©tudiant d'√©cole de commerce. C'est √† dire tu, tu es, tu es bon en tout et en rien. Tu te. Tu te d√©finis. C'est tr√®s difficile de trouver cette ligne de vie et cette coh√©rence dont on parlait tout √† l'heure. 1s¬†Parce que tu ne te. Tu ne peux pas te dire experte experte en quelque chose. C'est hyper et je trouve que √ßa me m√®ne √† un inconfort un peu int√©rieur. Et donc le fait de pouvoir trouver ce qu'est ce que j'ai appel√© dans le cadre de ces trois de ces trois mod√®les, tu as Personal qui combination, ta combinaison personnelle, ton code perso. Quoi de ces deux trois ODD c'est deux ou trois secteurs et c'est deux trois leviers d'action qui vont √™tre les tiens de par tes int√©r√™ts, tes comp√©tences et ta personnalit√©. Et construire cette niche pour toi m√™me de comp√©tence, qui d'ailleurs te rendra potentiellement plus efficace √† la r√©alisation des ODD et √† ce et √† ce combat collectif qu'on a par rapport √† ces d√©fis sociaux et environnementaux. Et ben non seulement tu t'en sentiras mieux personnellement parce que tu pourras te te d√©finir aupr√®s des autres et aupr√®s de toi m√™me de mani√®re plus claire, mais tu seras potentiellement plus efficace parce que tu ne te seras pas perdu dans l'envie diffuse de vouloir tout faire et de vouloir tout r√©gler et de vouloir sauver le monde sans l'aide de personne. Donc trouver cette compl√©mentarit√© compl√©mentarit√© des individus et √©videmment savoir jouer des synergies de telle sorte √† ce que deux plus deux ne fassent pas quatre mais plus. Je pense que c'est vraiment des leviers 1s¬†hyper importants dans notre capacit√© √† acc√©l√©rer la transition. 13s¬†Quand. Bravo! Vous √™tes arriv√©s √† la fin de ce deuxi√®me √©pisode o√Ļ nous voyageons √† travers le parcours de Pauline.


Dans ce deuxième épisode, on s'est concentré surtout sur l'engagement, notamment envers les objectifs du développement durable et comment on peut rendre ça concret aussi dans nos carrières. Et dans le dernier épisode, nous allons pour terminer, nous concentrer sur l'éducation et la quête de sens.


 

√Čpisode 3 : "√Čducation √Čclair√©e et Qu√™te de Sens"¬†Plongez dans la vision √©ducative de Pauline, sa qu√™te profonde de sens, et d√©couvrez comment elle inspire une g√©n√©ration √† fa√ßonner un avenir plus durable.

 U1 

 0:01 

¬†Un voyage dans le mouvement de la vie, une exp√©rience de rencontre avec soi, les autres et le monde. Je suis Camille Fitoussi, exploratrice de nos complexit√©s d'humains et de nos syst√®mes. Coach professionnelle certifi√©e et fondatrice du cabinet COS Perspectives avec Moving Mead, partons ensemble √† la rencontre d'experts de l'accompagnement humain et d'entrepreneurs qui cr√©ent notre monde de demain. Au gr√© du chemin, je vais aussi vous confier mes histoires de coaching, prise de conscience et r√©flexion. J'ai √† cŇďur de vous accompagner √† concr√©tiser vos r√™ves. Alors Moving my et laissez vous surprendre! 6s¬†Je suis ravie de vous retrouver pour ce troisi√®me et dernier √©pisode de notre discussion avec Pauline Lara Voir. Et pour cela, nous allons plonger ensemble dans le r√īle transformateur de l'√©ducation, dans la cr√©ation d'une carri√®re charg√©e de sens. Et vous allez voir avec Pauline Lara, voire nous allons √™tre guid√©s √† travers ces exp√©riences √©ducatives et partages de r√©flexions profondes sur la mani√®re de trouver la joie et l'alignement. Je vous souhaite une tr√®s bonne √©coute. 9s¬†Ma l√©gitimit√©, elle est. 1s¬†Elle sera toujours en cours de d√©finition, mais elle est quelque part au carrefour de, donc de l'√©ducation, du d√©veloppement durable et de la et de l'animation de communaut√©s. 2s¬†Et je me suis rendu compte, notamment en essayant d'animer la communaut√© Waste et Learning Planet, que que par exemple, √ßa c'√©tait une niche int√©ressante. 1s¬†On a. On est √† une √©poque o√Ļ 1s¬†il y a beaucoup d'organisations et d'individus qui qui prennent le cr√©neau et qui et qui vont cr√©er des organisations ou mener ou mener leur leur position en interne en faveur de la transition sociale et √©cologique. Tr√®s bien. 1s¬†Mais. 2s¬†Il faut, il faut savoir, je pense, consolider un peu tous les efforts qui sont d√©j√† faits. Et c'est aussi pour √ßa que j'ai cr√©√© ici, je crois, c'est que je ne voulais pas rajouter une initiative qui potentiellement existe d√©j√† aux initiatives d√©j√† existantes. 1s¬†Je voulais me mettre vraiment √† l'intersection, comme si tu veux. Plateforme de plateforme de mise en valeur des solutions qui existaient d√©j√†. Euh. Et comment est ce qu'on met en synergie les agendas d'organisations qui traditionnellement travaillent plut√īt en silo et dans leur propre coin? 1s¬†Et c'est hyper int√©ressant. C'est hyper difficile √† faire parce qu'effectivement chacun a une bande passante limit√©e, chacun acc√®s √† son agenda personnel et organisationnel. C'est tr√®s difficile, notamment dans certaines cultures qui sont peut √™tre bas√©es plus sur la concurrence que sur la collaboration, De faire passer ces messages de Parlons nous, construisons ce dialogue et peut √™tre qu'on va r√©ussir √† construire des projets collaboratifs. De l√†, c'est vraiment toute l'id√©e derri√®re East et derri√®re le Learning Planet. Et l'animation de ces communaut√©s l√† requiert des comp√©tences hyper, hyper niches et hyper difficiles √† d√©velopper. De 1s¬†l'intelligence, de la collaboration en fait, qui est ce qui doit √™tre mis en contact? Avec qui? O√Ļ sont les collaborations bilat√©rales pertinentes? 1s¬†Comment est ce que quand on rassemble les gens dans la m√™me salle qui est en fait finalement 1s¬†la condition sine qua none de toute collaboration future, il faut qu'√† un moment on se rencontre pour pouvoir,¬†

 U2 

 3:46 

¬†pour pour que √ßa puisse se passer. Et donc c'est pour √ßa, par exemple qu'avec Waste, tous les deux mois, on organise ce qu'on appelle un waste mixer, qui est une sorte de rendez vous de communaut√© o√Ļ on invite toutes les organisations √† litt√©ralement se venir, se rencontrer et discuter dans la m√™me salle physiquement et apprendre √† se conna√ģtre parce que √ßa commence l√†.¬†

 U1 

 4:09 

¬†Donc ok, donc le S. On en a parl√©, l'animation de communaut√©, l√†, tu viens de nous en parler, l'√Čducation, qu'est ce qu'on pourrait en dire? l'√Čducation? Alors c'est vaste, l'√©ducation, c'est vaste dans le sens o√Ļ il y a √† la fois des d√©fis de contenu et de forme. Pour le moment, moi je me positionne un peu plus sur les sur le contenu, c'est √† dire faire en sorte que l'√©veil de transition sociale et √©cologique soit dans tous les cerveaux entre guillemets. Et c'est aussi pour √ßa que j'adore autant la position sur le Master SASI, c'est que 1s¬†ce cursus,¬†

 U2 

 4:49 

¬†il est absolument incroyable, mais simplement, encore, encore et √ßa commence √† se √† ce √† changer. 2s¬†Le Master SASI c'est une petite bulle dans. 1s¬†Dans la totalit√© d'AC et de tous ces √©tudiants, il y a encore beaucoup de travail √† faire au niveau organisationnel et global sur l'√©veil, sur ces probl√©matiques. Mais √ßa commence, √ßa commence, √ßa commence √† venir de mani√®re tr√®s int√©ressante avec le soutien du top management et on voit les jours que les choses d√©collent, notamment r√©cemment avec le. 1s¬†Avec l'arriv√©e √† la direction scientifique de ce de ce m√™me master saisie de Fran√ßois Gemenne 1s¬†qui est co-auteur du GIEC, qui est une personnalit√© assez m√©diatique sur ces sujets et qui je pense va beaucoup, va beaucoup apporter au master et √† l'√©cole de mani√®re g√©n√©rale. Il y a un curriculum revu il n'y a pas tr√®s longtemps √† la chauss√©e qui va faire qui va faire que, √† partir de septembre 2023, les contenus ESG, donc social, social, environnemental, les contenus ESG vont repr√©senter 20¬†% des contenus obligatoires d√®s la premi√®re ann√©e L3 versus 10¬†% les ann√©es pass√©es. Donc √ßa double un petit peu le quota. Donc voil√†, on voit que √ßa prend, que √ßa prend de, √ßa prend de l'ampleur. Donc moi je me situe encore un peu plus sur les contenus, mais il y a tout. Il y a toute cette partie du secteur de l'√©ducation au niveau de la forme, de l'√©ducation qui m'int√©resse beaucoup aussi et qui resterait √† explorer. Et il y a une des figures qui m'int√©resse beaucoup l√† dessus, qui s'appelle Fran√ßois Taddei, qui est le cofondateur du Centre de recherche interdisciplinaire qui maintenant s'appelle le Learning Planet Institute. Donc j'ai pu travailler avec lui et qui parle des enjeux de 1s¬†√ßa, peut √™tre comment, Comment remettre l'√©l√®ve et l'√©tudiant au centre du processus d'apprentissage? Comment? Comment repositionner l'enseignant comme finalement plut√īt guide de recherche dans d'un processus qui serait plut√īt impuls√© par l'√©tudiant lui m√™me et pas le teacher, l'enseignant, pardon, l'enseignant de mani√®re unilat√©rale et descendante. Il y a toutes les questions en ce moment. Il travaille beaucoup sur toutes les questions de la place de la jeunesse dans toutes les grandes d√©cisions collectives qu'on doit prendre. √áa m'int√©resse beaucoup aussi. Comment est ce que, comment est ce qu'on redonne de l'importance 1s¬†√† √† la voix des jeunes? Qui a la foi, qui est hyper pertinente sur ces sujets sociaux et environnementaux parce qu'elle est hyper unique, parce que c'est la g√©n√©ration de l'√©co anxi√©t√©, parce qu'ils sont n√©s avec ces sujets et parce que peut √™tre que si on peut √™tre qu'un expert sur ces sujets de 50 ou 60 ans, c'est. Ces apports vont √™tre aussi pertinents que voir peut √™tre un peu moins, j'en sais rien, mais aussi pertinents en tout cas que le jeune de dix ans qui maintenant est capable d'articuler sur ces sujets l√†. Et comment est ce qu'on fait travailler 1s¬†les g√©n√©rations entre elles? Enfin, il y a plein, plein plein de sujets en termes de comment est ce qu'on, comment est ce qu'on red√©finit la salle de classe de mani√®re physique et aussi la relation entre, entre, entre l'enseignant et le et les √©tudiants. Et c'est infini comme probl√©matique. Mais peut √™tre par la suite, peut¬†

 U1 

 8:17 

¬†√™tre par la suite. Passionnant. En tout cas, moi c'est un truc qui m'attire √©norm√©ment √ßa, la forme c√īt√© √©ducation. 1s¬†Est ce qu'il y a un livre, une ressource, un podcast, un film, 1s¬†quelque chose que tu pourrais partager qui a √©t√© inspirant pour toi?¬†

 U2 

 8:35 

¬†Il y en aurait plein. Ce qui me viennent en t√™te. Et alors? En ligne de vie, je dirais qu'il y en a une qui a √©t√© assez importante. Maintenant, il y a tellement de choses qui ont √©t√© faites sur le sujet, mais c'√©tait un des un des pionniers en terme de documentaires sur les sujets environnementaux qui est sorti. C'est le The inconv√©nient Truth de Al Gore. Et la raison pour laquelle je le cite, c'est que. Un mec doute donc mon mari et pas forc√©ment √©tait pas forc√©ment tr√®s tr√®s conscient de toutes ces probl√©matiques l√†. Et il a il a vraiment pris conscience de ces sujets quand je lui ai montr√© un extrait de ce documentaire 1s¬†qui mentionnait que Calcutta, sa ville, sa ville de cŇďur, c'est la ville qu'il adore, qu'il adore. Tant que Calcutta √©tait la ville la plus vuln√©rable √† la mont√©e des eaux et que potentiellement, dans quelques d√©cennies, Voil√†, le probl√®me vraiment, se manifesterait de mani√®re tr√®s tr√®s, tr√®s, tr√®s concr√®te. Et √ßa l'a r√©veill√© sur le sujet, en fait, de s'imaginer Calcutta sous les eaux. Il a commenc√© √† √™tre aussi un peu porteur de cette de ces messages l√†. Donc √ßa, c'√©tait une ressource qui maintenant elle est potentiellement pas dans le message, mais peut √™tre dans les contenus et les chiffres peut √™tre obsol√®te parce qu'elle, elle date un petit peu, mais √ßa a √©t√© important dans notre histoire. Il y a aussi un site internet de qui s'appelle Bon pote que tu dois peut √™tre conna√ģtre bon pote, point com. 1s¬†Et c'est un jeune Thomas Wagner qui a √©crit depuis des ann√©es maintenant, qui √©crit beaucoup, beaucoup, beaucoup sur des sujets notamment li√©s, li√©s √† la transition √©cologique. Et c'est une ressource de dingue ce site internet. Si si, si vous cherchez des 1s¬†des √©l√©ments de langage, des chiffres de la donn√©e pour pouvoir parler de mani√®re objective sur ces sujets, Convaincre en d√ģner de famille et ne pas ne pas vous sentir trop trop d√©sarm√©s par rapport √† √ßa, c'est vraiment une super ressource. 2s¬†Quoi d'autre? Ce qui m'a inspir√© ces derniers temps aussi, c'est on parlait tout √† l'heure des ODD et de ce mod√®le l√†. Il y en a un qui c'est qui? C'est qui a √©clos aussi il y a pas tr√®s longtemps, qui s'appelle les Inner Development Goals ou les IDEES. 2s¬†Il est n√© de. De l'observation qu'en fait ces ODD. Ils ont √©t√© lanc√© par les Nations-Unies en 2015, donc √ßa fait quand m√™me presque dix ans 2s¬†et on n'est toujours pas foutu de On a toujours pas √©t√© foutu de trouver les solutions, des solutions adapt√©es. On est m√™me sur certains ODD, on est en r√©gression par rapport aux objectifs qu'on s'√©tait fix√©. 1s¬†Et donc par rapport √† cette observation, Bon bah comment est ce qu'on explique qu'on a cette vision et que collectivement on n'y arrive pas? Et et c'est, je crois, deux ou trois fondations c√īt√© Scandinavie qui ont qui ont cr√©√© ce mod√®le l√†, des id√©es qui sont en fait une s√©rie de 23 qualit√©s plut√īt int√©rieures, plut√īt personnelles, 2s¬†qui nous am√®nerait √† devenir plus efficaces quant √† la r√©alisation des ODD. Donc, par exemple, sous les images, on va trouver les notions de de pers√©v√©rance, de courage, de curiosit√©, de. De travail en collectif, de d'esprit critique. Donc c'est int√©ressant aussi, encore une fois on en parlait tout √† l'heure, mais de pouvoir se poser et de se dire ok, bon bah j'ai conscience de ces de ces, de ces enjeux l√†, j'y travaille comme je peux. Mais est ce que je suis efficace? Parce qu'il y a quand m√™me une notion d'efficacit√© et qu'il y a des ODD √† atteindre √† un moment. On en revient √† la science du climat. C'est math√©matique et scientifique. 1s¬†Est ce que je suis efficace? Et si je ne le suis pas, pourquoi? Et quand tu cherches √† r√©pondre √† cette question, et bien il faut que tu retournes. 2s¬†A l'int√©rieur de toi. Que tu. Que tu. Que tu r√©fl√©chisses sur tes comp√©tences et que tu oses te questionner sur. Est ce que l√†, vraiment, j'ai ces comp√©tences de collaboration? J'ai ces comp√©tences de courage, ces comp√©tences d'analyse, de complexit√©, tu vois? Et repartir du d√©veloppement personnel, te dire de faire une sorte de constat Qu'est ce qui me manque? Qu'est ce que j'ai? Qu'est ce qu'il me manque? Quelles sont mes forces? Quelles sont mes faiblesses? Et en parall√®le de tes actions professionnelles sur le sujet, te laisser du temps pour te d√©velopper personnellement sur des comp√©tences que tu auras identifi√© comme lacunaire dans ton, dans ton, dans tes, dans tes lignes de comp√©tences. Ok,¬†

 U1 

 13:16 

 super. Je te demanderai aussi les rêves de ça pour pour tout partager. Je reviens à la question initiale de qu'est ce qu'une carrière si elle n'a pas de sens et d'impact? On a pas mal tourné autour de ça. Est ce que tu as envie d'ajouter encore quelque chose pour nourrir cette question? 

 U2 

 13:33 

 Hum. 1s Oui, peut être un élément. En fait, il y a une conversation très intéressante que j'avais eue, notamment avec Elsa Grangier qui est la directrice générale de Ashoka France. Super, super, super femme. Et effectivement, tu vois, quand on parle de tous ces enjeux de carrière à impact, c'est d'avoir du sens dans sa carrière. 3s C'est une réflexion privilégiée 

 U1 

 14:04 

¬†parce que quand on dit avoir une carri√®re porteuse de sens, etc, on est d√©j√† capable de r√©fl√©chir √† ces sujets l√†, de de s'extirper du quotidien et du gagne pain et de la carri√®re en tant que gagne pain et de s'√©lever par rapport √† ses crit√®res de gagne pain. Au del√†, pour aller chercher la qu√™te de sens. Mais mon mon message un peu, c'est ce que je disais tout √† l'heure, c'est le sens peut prendre diff√©rentes d√©finitions. C'est vrai, je suis personne pour te dire, ta carri√®re n'aura du sens que si explicitement et directement. Tu travailles sur un des ODD ou tr√®s tr√®s tr√®s concr√®tement sur le social et l'environnemental. Je suis super, je te connais pas, c'est √† toi de mener ta propre r√©flexion sur quels sont tes propres crit√®res de carri√®re. Et donc du coup, ce qui a du sens pour toi, mais ce qui a du sens pour toi, toi seul le sait. Et parfois je pose ces questions aux √©tudiants, que ce soit √† je sais ou √† Calcutta, Techno India et j'ai des r√©ponses tr√®s diff√©rentes et les toutes toutes les r√©ponses sont acceptables, mais il faut simplement que tu en sois conscient. Il y a cette notion aussi qui me tient √† cŇďur et qui maintenant est tr√®s connue de Ikiga√Į et du fait que l'√©quipe c'est finalement, √ßa peut √™tre vu comme la rencontre entre ce que tu es, 2s¬†ce pour quoi tu peux √™tre pay√©. C'est un aspect tr√®s important d'une carri√®re, ce pour quoi tu es dou√©. La comp√©tence, c'est important aussi ce que tu¬†

 U2 

 15:45 

 aimes faire, ce qui te passionne, ce qui t'anime et ce que ce dont le monde a besoin. Et donc la recherche de ces quatre points cardinaux, elle ne peut qu'être progressive. Et c'est pour ça que un de mes messages clés, c'est inviter toute personne à oser questionner son statu quo professionnel à un instant T de manière régulière 1s et. Et peut être que les critères de choix professionnels vont changer au fil du temps, Mais voilà, je ne suis personne pour les juger. C'est vraiment une recherche et une quête personnelle et continue. Et donc il y a des étudiants qui vont me dire. 3s Moi. Moi, mon critère critère, mon critère, parfois c'est pas fort, ça va au delà du critère professionnel, c'est des critères de bonheur. Mon critère. Dans ma vie, moi j'ai un objectif, c'est c'est de soutenir mes parents. Ok, très bien. Moi dans ma vie, moi, ma vie, ma vie a pour objectif. J'ai vraiment envie dans ma vie d'avoir du fun et c'est comme ça que je prends. Prendre décisions et bien c'est ok, c'est ok si tu as conscientisé, si tu as bien réfléchi au fait que ça c'est un fait pour toi et que tu base tes décisions là dessus. Moi mon critère il est pas financier du tout, il est très impact social et environnemental, mais c'est juste propre à moi. C'est pas Et donc c'est pour ça aussi qu'il faut être 1s un des. Un des meilleurs conseils que je pourrais donner un peu paradoxal, c'est que ne prenez jamais 1s pour comptant un conseil qui viendrait de quelqu'un d'autre. En fait, ne m'écoutez pas surtout parce que Parce que le meilleur des conseils, il ne peut venir que de toi. Ouais, 

 U1 

 17:28 

 super. Enfin 

 U2 

 17:29 

 bon, sur ce 

 U1 

 17:31 

¬†beau message de fin, o√Ļ est ce que les gens peuvent te retrouver? Pauline Tilt Contacter¬†

 U2 

 17:36 

 LinkedIn c'est bien ou mail et LinkedIn c'est bien ok, mais on va mettre tout ça dans les dans les commentaires du podcast. Pauline Lara Voir sur LinkedIn. Tout à fait. Qu'est 

 U1 

 17:47 

 ce qu'on te souhaite pour la suite? Pauline. 

 U2 

 17:51 

 Réflexivité et joie au quotidien. Ok, Génial! Bon 

 U1 

 17:56 

 bah un grand merci pour cet échange. Merci beaucoup. Merci à tous ceux 

 U2 

 17:59 

 qui nous ont écouté aussi 

 U1 

 18:01 

 et au plaisir de poursuivre toutes ces discussions 

 U2 

 18:04 

Bravo! Vous √™tes arriv√©s √† la fin des trois √©pisodes de notre conversation avec Pauline Lara. Voir ce troisi√®me √©pisode et une conversation pour mettre en lumi√®re l'importance de l'√©ducation dans la cr√©ation d'une carri√®re significative et align√©e sur nos valeurs. C'√©tait un beau voyage, Merci de l'avoir fait avec nous. Un beau voyage √† travers le parcours et l'engagement et la qu√™te de sens de Pauline √† revoir qui personnellement m'inspirait. J'esp√®re que vous aussi inspirer √† repenser nos propres choix et actions. Et l'histoire de Pauline nous rappelle que chaque d√©cision peut √™tre un tremplin vers un monde meilleur. Donc restez √† l'√©coute pour d'autres explorations captivantes et motivantes. A tr√®s bient√īt. Au revoir. 2s¬†Bravo! Vous √™tes arriv√©s √† destination de cet √©pisode mauve et merci de le partager √† deux personnes autour de vous. De demander √† vos amis de s'abonner et de mettre une note cinq √©toiles avec un commentaire. C'est ce qui permet de faire vivre le podcast. Pour finir, n'oubliez pas que si vous avez besoin d'√™tre accompagn√© dans votre challenge professionnel, je serai ravie de faire avec vous un point sur votre situation si vous m'√©crivez sur www.coperspectives.com, j'ai h√Ęte de vous lire et je vous dis √† tr√®s bient√īt.¬†

 U1 

154 vues0 commentaire
bottom of page